•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Trifluvien s’apprête à vivre l’ouragan Ian à Tampa Bay

Une vague immense provoquée par l'ouragan Ian, à Cuba.

Une vague immense provoquée par le passage de l'ouragan Ian, à Cuba, le 28 septembre 2022.

Photo : Getty Images / YAMIL LAGE

Radio-Canada

Alors que l’Ouragan Ian a touché terre en Floride au cours des dernières heures, les citoyens sur place se préparent à vivre des heures inquiétantes. Les autorités floridiennes ont émis des alertes pour de possibles forts vents et des inondations.

À l’émission En direct, l’avocat originaire de Trois-Rivières et ex-candidat conservateur dans Trois-Rivières, Dominic Therrien, a dit se préparer au pire, même si la situation était encore stable mercredi après-midi près d’où il habite, à Tampa Bay en Floride.

Il y a des forts vents, des pluies abondantes, ça fait plusieurs heures qu’il pleut, dit-il. Mais ce n’est pas encore les images catastrophiques que l’on voit dans la région de Fort Myers.

M. Therrien se trouve dans la banlieue est de Tampa, donc plus éloigné de la mer, à environ 160 km à vol d'oiseau de Fort Myers. Il espère que la tempête ne s'approche pas trop, mais il a toutefois respecté toutes les précautions d’usage données par les autorités.

Ce qui cause beaucoup de dommages, ce sont les débris ou les choses qu’on laisse traîner, comme des tables à pique-nique ou des chaises, explique-t-il. Ça va être un ouragan tellement fort que ça va projeter ces objets-là.

Les citoyens ont aussi été invités à ranger leur voiture dans un garage en raison des forts vents qui pourraient abîmer les pare-brises. Les arbres peuvent aussi être déracinés et causer des dégâts.

Des endroits pour se réfugier

Depuis hier, tous les endroits publics non-essentiels et les écoles sont fermés dans cette région. Plusieurs écoles publiques servent d’ailleurs de nouveaux refuges.

« On sent un esprit de communauté extraordinaire. »

— Une citation de  Dominic Therrien, originaire de Trois-Rivières

C’est la première fois que j’expérimente ça, mais à l’épicerie ou pour toutes sortes de courses, on sent que les gens se serrent les coudes, ils savent que ça va être un événement historique, se console M. Therrien. C’est un des plus gros ouragans qui va avoir lieu.

Les hôpitaux en ont aussi plein les bras, puisque certaines personnes plus vulnérables s'y sont précipités. L’épouse de M. Therrien a d’ailleurs été appelée à rester à l’hôpital dans le cadre de ses fonctions. Elle doit y rester 24 heures sur 24 pour l’instant, comme les autres infirmières. C’est sa contribution et on est bien fiers d’elle, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !