•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chefferie du NPD : David Eby dévoile son plan pour contrer la crise du logement

Une personne se promenant sur un trottoir de Vancouver.

Le plan de David Eby comprend notamment des mesures pour faciliter la transformation de maisons familiales en plusieurs unités de logement.

Photo : Camille Vernet

Pour sa première annonce dans le cadre de la course à la chefferie néo-démocrate en Colombie-Britannique, mercredi, David Eby a proposé un plan en plusieurs volets pour faire face à la crise du logement. Il veut notamment créer une taxe sur l’achat-revente de maisons ainsi que des mesures pour encourager la densification partout dans la province.

L'ancien ministre de la Justice promet de prendre le taureau par les cornes dans le dossier du logement abordable, s’il devient premier ministre.

Le logement implique plusieurs problèmes différents auxquels notre province fait face, dit David Eby, qui était aussi le ministre responsable du Logement avant de se lancer dans la course à la chefferie. Il mentionne, entre autres, la question du changement climatique, le développement économique et l’accès à des soins en santé.

 David Eby parle devant un microphone.

David Eby a dévoilé ce premier pan de sa plateforme de candidat à la chefferie néo-démocrate devant un bâtiment de logements abordables à North Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Francis Plourde

Faciliter la densification

David Eby voudrait permettre la transformation de maisons unifamiliales en plusieurs logements et permettre la location d'appartements secondaires dans les maisons, ce qui est interdit dans certaines municipalités.

La densification est un problème incontournable pour assurer du logement abordable, selon Pascal Courty, professeur d’économie à l’Université de Victoria. Ce sera peut-être dur à [mettre en oeuvre], mais le fait d'augmenter la densité, c'est ce qui aura le plus d’effets, dit-il.

Le professeur prévoit plusieurs obstacles à l’horizon pour favoriser la densification, car les compétences pour le faire ne relèvent pas seulement du provincial, mais surtout des communautés et des municipalités. Le problème du logement, pas seulement à Vancouver, mais dans toutes les grandes villes, c’est l’opposition à la densité, explique-t-il.

David Eby reconnaît qu’il faudra d’ailleurs obtenir la collaboration de tous les ordres de gouvernement : La province peut faire le gros du travail, mais nous avons besoin de tout le monde, ensemble pour faire face à ces défis, y compris les autorités locales.

David Eby promet de fournir l’aide nécessaire aux municipalités qui peinent à offrir du logement abordable sur leur territoire.

Freiner la revente immobilière

David Eby propose également une taxe contre la spéculation visant les propriétaires qui revendent leur bien immobilier moins de 2 ans après l'avoir acheté.

Pascal Courty estime que cette taxe pourrait bel et bien freiner la spéculation, mais qu’il faut être prudent avec ce type de mesure : Interférer avec le marché, ce n’est pas la solution, ça a plusieurs effets sur le marché : ça peut paralyser les ventes et l’immobilier à Vancouver est une source importante pour bien des gens qui comptent sur leur maison pour leur retraite.

On voit une enseigne qui dit For Sale devant un bungalow de Vancouver.

Le plan de David Eby propose une taxe contre l'achat-revente, qui diminuerait avec la période après l'achat d'une résidence, se rendant à zéro si le propriétaire revend sa propriété deux ans après l'achat.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Le plan comprend aussi 500 millions de dollars de fonds pour permettre aux organismes à but non lucratif d’acheter des propriétés mises en vente afin de protéger les locataires qui y habitent déjà et d'empêcher le rachat par des spéculateurs.

Cette mesure est saluée par le professeur d'économie, qui estime que c’est toutefois trop peu. Déjà, 500 millions, c’est impressionnant comme montant, mais si on compare au marché immobilier, c’est vraiment petit, car la maison moyenne vaut au moins 1 million à Vancouver. Tu as donc 500 propriétés, estime Pascal Courty.

En ce qui concerne les copropriétés, David Eby changerait la loi pour abolir les restrictions qui empêchent la location d’unités ainsi que la présence de mineurs dans certains édifices.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !