•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme dépose une poursuite contre un hôtel de Winnipeg après y avoir été attaqué

L'hôtel Airport Motor Inn de Winnipeg photographié en septembre 2022.

Le directeur général de l'Airport Motor Inn, Kyle Luschinski, indique qu'il ne ferait aucun commentaire pendant que l'affaire est devant les tribunaux.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Radio-Canada

Un homme poursuit un hôtel de Winnipeg et son personnel après y avoir été attaqué en septembre 2020. Depuis, il souffrirait de lésions cérébrales.

Scott Christopher Alcorn affirme avoir été agressé par trois personnes séjournant dans la chambre voisine de la sienne à l'Airport Motor Inn.

La dispute se serait produite après qu'il eut porté plainte contre ces dernières à la réception de l'hôtel parce qu'elles faisaient du bruit, selon une déclaration déposée auprès de la Cour du Banc du Roi le 16 septembre 2022.

Les clients voisins de M. Alcorn faisaient un bruit extrême, assez fort pour être considéré comme une nuisance en vertu d'un règlement municipal, fait-il valoir dans sa déclaration.

M. Alcorn affirme avoir appelé la réception pour demander d'être transféré dans une autre chambre. On lui aurait toutefois répondu qu'il n'y avait pas d'autres chambres de libres, selon les documents judiciaires.

M. Alcorn dit qu'il s'est alors rendu à la réception afin de faire la même demande. Il aurait reçu une réponse similaire.

Dans sa requête, M. Alcorn dit qu'il a expressément demandé à l'employé de ne pas contacter les occupants de la chambre voisine, car il craignait d'être perçu comme la personne à l'origine de la plainte.

Or, selon M. Alcorn, l'employé à la réception les aurait malgré tout contactés pour leur dire qu'il y avait eu une plainte à leur endroit.

Peu de temps après, deux hommes et une femme auraient fait irruption dans la chambre de M. Alcorn, après avoir cogné à sa porte, et l'auraient agressé.

Il aurait alors reçu plusieurs coups de poing et de pied au visage, à la tête et au corps, selon les documents judiciaires.

L'agression a été signalée à la police de Winnipeg.

À l'époque, un homme de 26 ans a été accusé de vol, selon les autorités.

L'alcool en cause?

Selon M. Alcorn, les trois personnes avaient bu de l'alcool qu'elles avaient acheté à l'hôtel avant l'agression. Selon lui, le personnel le leur aurait vendu alors qu'elles étaient déjà en état d'ébriété.

M. Alcorn reproche également à l'employé de l'hôtel d'avoir fourni à ses voisins des renseignements qui, selon lui, ont mené à l'attaque.

Selon la plainte, il y avait eu de nombreuses agressions à l'hôtel auparavant. La direction aurait donc dû savoir que les clients couraient un risque accru pour leur sécurité, affirme-t-il.

Les documents judiciaires allèguent que les propriétaires de l'établissement n'ont pas réussi à assurer une sécurité raisonnable conformément aux responsabilités prévues par la Loi sur les hôteliers, la Loi sur la responsabilité des occupants et la Loi sur la réglementation des alcools.

De nombreuses séquelles

Selon la demande, Scott Christopher Alcorn continuerait d'éprouver des douleurs, des souffrances, des incapacités, des malaises, une perte de la capacité de s'occuper de son foyer, une perte des plaisirs de la vie [et] des difficultés à parler en raison de ses blessures, notamment au système respiratoire et à la tête.

Selon les documents judiciaires, M. Alcorn aurait du mal à respirer par le nez, souffrirait d'anxiété et de symptômes associés au syndrome de stress post-traumatique et présenterait des lésions cérébrales et des troubles cognitifs.

Ses blessures auraient notamment compromis sa capacité à continuer de travailler, affirme-t-il.

Dans sa déclaration, M. Alcorn fait valoir qu'il a droit, entre autres, à des dommages-intérêts liés à ses blessures, aux frais médicaux et à la perte de revenu.

Aucune déclaration de défense n'a été déposée.

Le directeur général de l'Airport Motor Inn, Kyle Luschinski, indique qu'il ne ferait pas de commentaires pendant que l'affaire est devant les tribunaux.

Aucune des allégations n'a été prouvée devant un tribunal.

Avec les informations de Bryce Hoye

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.