•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions vives aux commentaires de Jean Boulet sur l’immigration

Les candidats installés à des tables devant des micros.

Cinq candidats de la circonscription de Trois-Rivières ont participé mercredi à un débat sur les ondes d'ICI Mauricie-Centre du Québec. De gauche à droite : Jean Boulet (CAQ), Steven Roy Cullen (QS), Laurent Vézina (PQ), Adams Tekougoum (PLQ) et Karine Pépin (PCQ).

Photo : Radio-Canada / Danielle Huppé

Radio-Canada

Les réactions aux propos de la Coalition avenir Québec (CAQ) voulant qu’il soit « suicidaire » d’accueillir plus de 50 000 immigrants par an n’ont pas tardé. La déclaration sur le même sujet, tenue par Jean Boulet la semaine dernière a aussi eu des échos.

Les adversaires du ministre sortant Jean Boulet écartent la thèse de la maladresse. S'ils n'ont pas réagi durant le débat où les propos ont été dits, les candidats libéral et solidaire dénoncent une vision discriminatoire des immigrants.

C'est le chef M. Legault qui tient ça depuis le début de la campagne, soutient Adams Tekougoum, candidat libéral dans Trois-Rivières. On dirait qu'il a fait son plan de campagne sur le dos de l'immigration. Ça peut juste être une suite logique. Le ministre sortant de l'Immigration devrait mieux connaître ses données, ajoute-t-il.

De son côté, le candidat de Québec solidaire (QS), Steven Roy Cullen, affirme que les données présentées par le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Jean Boulet, voulant que 80 % des immigrants s'en vont à Montréal, ne travaillent pas, ne parlent pas français ou n'adhèrent pas aux valeurs de la société québécoise, sont inexactes.

Je trouve que c'est mal représenter les Trifluviennes et Trifluviens, et c’est très mal prendre soin des nouveaux arrivants, soutient M. Roy Cullen.

Steven Roy Cullen debout dans un parc avec des citoyens.

Steven Roy Cullen est le candidat de Québec solidaire (QS) dans la circonscription de Trois-Rivières, en Mauricie.

Photo : Gracieuseté de l'équipe de Steven Roy Cullen

« Chez Québec solidaire, on souhaite un meilleur accompagnement dans l’apprentissage du français, notamment en milieu de travail, et un meilleur soutien pour les immigrants en région. »

— Une citation de  Steven Roy Cullen, candidat solidaire

Des immigrants bien établis

Des gens issus de l'immigration ont aussi rejeté ce portrait brossé par le ministre sortant.

La Trifluvienne Nadine Kakoheryo a quitté son Congo natal pour s'installer au Québec en 2006. À son arrivée, elle s'est rapidement trouvé un travail et est maintenant propriétaire de l’épicerie Top Africa.

J'ai fait le service à la clientèle pour Bell Canada. J'ai travaillé à Valcourt chez Bombardier. J'ai travaillé chez Exceldor, j'ai fait quand même beaucoup d'emplois, affirme-t-elle. Elle estime que son curriculum vitae est bien garni.

De son côté, Andrea O’Campo, la propriétaire du restaurant Latine Rico, n'hésite pas quand on lui demande si elle s’est bien intégrée au Québec : elle répond à l'affirmative.

Ça démotive les gens, parce que s'ils nous voient comme ça, les gens vont être nerveux d'entrer en société, qu'ils soient gênés de parler aux autres parce qu'il va être préjugé, explique Andrea O’Campo.

C'est certain qu'une année de français, ça m'a aidée beaucoup. Je suis sortie la même année de l'aide sociale, dit-elle. Diplômée en économie appliquée au Québec, Andrea O'Campo gère aujourd'hui deux entreprises.

Il est encore trop tôt pour savoir si cette controverse aura un impact sur le choix des électeurs.

D’après les informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !