•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un débat riche sur les enjeux de la région

Guillaume Dumas s'adressant aux candidats Stéphane Lachance, Geneviève Guilbault, Sol Zanetti, Jeanne Robin et Julie White.

Les cinq candidats du débat régional : Stéphane Lachance du PCQ, Geneviève Guilbault de la CAQ, Sol Zanetti de QS, Jeanne Robin du PQ et Julie White du PLQ.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperriere-Roy

Louis-Simon Lapointe

Transports, environnement et économie ont été au cœur des débats entre des candidats des cinq principaux partis à l’émission C’est encore mieux l’après-midi sur ICI Première.

Tôt dans les échanges, le candidat solidaire Sol Zanetti a tenté de prendre Geneviève Guilbault et la CAQ en défaut, questionnant la députée sortante sur les études du troisième lien qui n’ont pas été rendues publiques.

Si les études que vous avez commandées, et que vous ne voulez pas nous donner accès, révèlent qu’un troisième lien avec des autoroutes n'est pas le moyen le plus efficace, ni le moins cher, ni le meilleur pour résoudre les problèmes de congestion interrives, allez-vous le faire quand même?, a demandé le candidat dans Jean-Lesage.

Sol Zanetti exprime son opinion sous le regard de Geneviève Guilbault et Jeanne Robin.

Sol Zanetti a fait valoir les idées de Québec Solidaire.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperriere-Roy

Geneviève Guilbault a rétorqué que certaines données devaient être mises à jour et qu’elles seront rendues publiques au début de l’année 2023.

« Pour nous, il est très clair, tout aussi clair que l'étude va être rendue publique en 2023, que ça prend un troisième lien. »

— Une citation de  Geneviève Guilbault, candidate de la Coalition avenir Québec dans Louis-Hébert

Il y a de la congestion routière, les deux ponts ne seront pas éternels, ça nous prend une alternative et il ne faut pas le faire sur l'île d'Orléans et la défigurer, a-t-elle ajouté en faisant référence à la position du Parti conservateur du Québec (PCQ).

Le candidat du PCQ, Stéphane Lachance, n’a pas tardé à sauter dans la mêlée en amenant l’enjeu du tramway au cœur des discussions.

Stéphane Lachance exprime ses idées aux côtés de Geneviève Guilbault et Sol Zanetti.

Stéphane Lachance porte les couleurs du PQC dans la circonscription de La Peltrie.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperriere-Roy

On propose un transport complètement gratuit, un projet pilote pour la région de Québec. Ce qu'on dit simplement, c'est que le tramway n'est pas un bon projet pour la région de Québec, a soutenu M. Lachance.

La candidate du Parti libéral du Québec (PLQ), Julie White, avait un autre son de cloche sur l’importance du troisième lien dans cette campagne électorale, accusant aussi la CAQ de ne pas avoir d’études.

« Dans les médias, on parle beaucoup de la mobilité. Moi, les gens sur le terrain, ils ne me parlent pas du tunnel caquiste. »

— Une citation de  Julie White, candidate du Parti libéral du Québec dans Jean-Talon

Ils me parlent de leurs enjeux locaux, comment le tramway va se déployer, des sujets qui sont réels, a-t-elle ajouté.

Au Parti québécois (PQ), Jeanne Robin a rappelé son objectif de se tourner vers la mobilité durable et de doubler l’offre en transport collectif.

Jeanne Robin exprime ses idées sous le regard de Sol Zanetti et Julie White.

Jeanne Robin (au centre) est la candidate du PQ dans Taschereau.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperriere-Roy

On veut d’abord mettre fin au projet de troisième lien autoroutier pour développer l’offre de transport collectif, a mentionné la candidate dans Taschereau. On souhaite soutenir la mise en œuvre du projet de tramway qui est enfin sur les rails, réaliser sa deuxième phase vers Charlesbourg et relier les centres-villes de Québec et Lévis avec un train léger.

Des divergences sur l’environnement

Le candidat solidaire Sol Zanetti n’a pas été tendre envers les gouvernements passés.

Depuis 1990, le Québec a réduit de seulement 3 % ses émissions de GES. C'est un échec lamentable, a-t-il lancé.

La caquiste Geneviève Guilbault a tenu à défendre son gouvernement, tout en accusant QS de ne pas avoir de plan chiffré.

« Pour lutter contre les changements climatiques, ça prend un plan qui est réaliste et qui est concret. »

— Une citation de  Geneviève Guilbault, candidate de la Coalition avenir Québec dans Louis-Hébert

Quand on prétend vouloir baisser de 55 %, quelles entreprises on va fermer, quels emplois on va couper? C'est pas réaliste.

Stéphane Lachance a ensuite répliqué à Sol Zanetti qui accusait le PCQ de foncer dans le mur.

M. Zanetti, pour le gaz naturel, l'Agence européenne [pour l’environnement] a considéré que maintenant, c'est une énergie verte. Si en 2014 on était allé de l'avant avec le projet de GNL, actuellement il y aurait 15 usines au charbon qui ne tourneraient pas en Allemagne et on aurait pu sauver des millions de tonnes de GES.

« On pense que le développement de façon stricte et sécuritaire de nos ressources naturelles par le gaz naturel, c'est une option pour réduire globalement les effets des GES. »

— Une citation de  Stéphane Lachance, candidat du Parti conservateur du Québec dans La Peltrie

Pénurie de main-d'œuvre : des flèches contre François Legault

La libérale Julie White ne s’est pas fait prier pour aborder cet aspect qui touche plusieurs acteurs économiques.

La pénurie de main-d'œuvre, c’est l’enjeu économique numéro un à Québec. Ça affecte nos entreprises et nos services publics, indiquait Mme White. Elle a ajouté que son parti était le seul à en parler sur une base quotidienne et en a profité pour lancer une pointe au premier ministre sortant.

Julie White exprime ses idées sous le regard de Jeanne Robin et Sol Zanetti.

Julie White se présente pour le PLQ dans Jean-Talon.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperriere-Roy

« François Legault a dit que c’était une "mausus" de bonne nouvelle, la pénurie de main-d'œuvre. »

— Une citation de  Julie White, candidate du Parti libéral du Québec dans Jean-Talon

Sol Zanetti a abondé dans le même sens, il croit qu’il faut régler cet enjeu : Il faut aussi ramener de la justice dans notre économie. Du monde qui travaille à temps plein au salaire minimum et qui se retrouve dans les banques alimentaires, c’est pas normal, c’est une économie qui ne fonctionne pas.

Jeanne Robin soutient que le PQ souhaite miser sur la qualité de vie pour accentuer le développement économique. C’est notre principal atout. Si on veut amener des travailleurs, si [on veut] vivre de façon épanouie, la qualité de vie, c’est important.

Stéphane Lachance mentionne que des études de l’Université de Sherbrooke soutiennent que le programme du Parti conservateur est celui qui permet de retourner le plus d’argent dans les poches des contribuables.

Pour sa part, Geneviève Guilbault tenait à vanter la performance économique de la Capitale-Nationale. Elle est enviable. Entre 2019 et 2021, on a augmenté le PIB de 4,3 %, c’est la plus grande hausse des 20 dernières années, soutient-elle.

Guillaume Dumas s'adressant aux candidats Stéphane Lachance, Geneviève Guilbault, Sol Zanetti, Jeanne Robin et Julie White.

Le débat portant sur les enjeux de la région de Québec était diffusé en direct sur ICI Première.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Une question du public émeut Sol Zanetti

Les candidats étaient aussi invités à répondre aux questions des auditeurs et l’une d’entre elles a rendu émotif l'un des candidats. Qu’allez-vous faire comme gouvernement pour améliorer l’acceptation de la personne immigrante à Québec?, a questionné Marie-Line Leclerc­. Québec semble de plus en plus divisé face à cette situation, a ajouté l’auditrice.

Des mots qui n’ont pas laissé Sol Zanetti indifférent. La première chose à faire, c'est arrêter de tenir des propos qui n'ont pas de bon sens sur les immigrants et les présenter comme s’il y en avait trop, a d’abord décrié le candidat solidaire.

C'est une menace à la survie de la nation québécoise? Franchement, moi j'en reviens pas quand j'entends ça, mon père est immigrant et ça me blesse, a-t-il laissé tomber, soupirant, la larme à l'œil. Je ne dirai pas d'autre chose là-dessus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !