•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clifford Joseph soupçonné par la GRC d’avoir voulu voler Eric Wildman avant d’être tué

Eric Wildman vu de face et de près.

Eric Wildman s'était enfui jusqu'à Belleville, en Ontario, en 2021.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Manitoba croit qu'Eric Wildman, qui a fait l'objet d'une chasse à l'homme pendant une semaine en 2021, aurait tué son voisin, Clifford Joseph, parce que ce dernier était en train de cambrioler sa propriété.

En juin 2021, peu après la disparition de M. Joseph, l'accusé a pris la fuite pour se rendre jusqu'à Belleville, en Ontario, où il a été arrêté après une fusillade avec les policiers. Entre-temps, le corps de la victime avait été retrouvé.

En lien avec cette affaire, Eric Wildman a été accusé de meurtre au premier degré, accusation qui n'a toutefois pas encore été prouvée en cour.

Selon une demande de mandat de perquisition déposée à la Cour provinciale du Manitoba, la conjointe de Clifford Joseph affirme que, la dernière fois qu'elle a vu ce dernier, il avait l'intention de voler un treuil chez l'accusé.

M. Clifford avait déjà volé des objets dans la résidence d'Eric Wildman, ce qui l'a mis en colère, écrit, dans un document déposé à la cour, l'enquêteur du groupe des crimes majeurs de la division D de la GRC du Manitoba Richard Sherring.

La conjointe de M. Joseph ajoute qu'elle a retrouvé les souliers, le chapeau, la lampe et le coffre à outils de ce dernier dans la propriété d'Eric Wildman.

Je crois que M. Wildman a surpris M. Joseph en train de cambrioler sa propriété. Il l'a ensuite poursuivi avec son véhicule avant de le tuer et de se débarrasser du corps, affirme Richard Sherring dans des documents déposés à la cour.

La police a tenté d'interroger M. Wildman sur la disparition de M. Joseph, mais il a refusé de commenter l'affaire.

Véhicule abandonné et armes à feu

En 2021, alors que la police était à la recherche d'Eric Wildman, un véhicule lui appartenant a été découvert à Winnipeg. Le capot, le pare-chocs et le pare-brise étaient endommagés.

Après examen, un expert en reconstitution d'accidents de la GRC a conclu que le véhicule était entré en collision avec une personne qui était debout au moment de l'impact.

Par ailleurs, la police a découvert dans le véhicule plusieurs armes à feu ainsi que de l'équipement tactique et des vêtements ressemblant à un uniforme de police. Parmi les armes, il y avait un AK-47, une arme prohibée au Canada.

Une partie des armes découvertes dans le véhicule d'Eric Wildman, dont un AK-47 et plusieurs chargeurs pleins.

Une partie des armes découvertes dans le véhicule d'Eric Wildman, dont un AK-47 et plusieurs chargeurs pleins. (archives)

Photo : GRC du Manitoba

Dans des documents déposés à la cour, le caporal Mark Heatcore, de l'équipe nationale de soutien à l'application de la Loi sur les armes à feu de la GRC au Manitoba, exprime son inquiétude par rapport au fait qu'Eric Wildman a pu acheter trois armes, et ce, un mois avant la disparition de Clifford Joseph.

M. Wildman ne respectait pas les normes imposées aux propriétaires d'armes à feu au Canada [...] Il n'était pas sécuritaire pour lui ou pour d'autres personnes qu'il possède des armes, écrit Mark Heatcore.

En plus de l'accusation de meurtre au premier degré de Clifford Joseph, Eric Wildman fait face à deux autres chefs d'accusation de tentative de meurtre, puisque les policiers affirment que l'accusé a tiré dans leur direction quand ils se sont présentés à Belleville pour l'arrêter.

Le procès devrait avoir lieu entre le 8 mai et le 16 juin 2023.

Avec les informations de Rachel Bergen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !