•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gratuité et autobus rétro pour le 50e anniversaire du transport en commun à Sudbury

Un autobus orange

Un autobus orange, peint aux couleurs des tout premiers autobus de 1972, circulera dans les rues de la ville du nickel pendant une année pour marquer le 50e anniversaire du transport en commun.

Photo : CBC / Angela Gemmill

Radio-Canada

Le transport en commun public est offert à Sudbury depuis désormais 50 ans. Pour souligner l’anniversaire, la Ville offre aux résidents de voyager gratuitement en autobus toute la journée de mercredi.

La mesure est appréciée de bien des usagers du service, comme Chad Horner, qui vient de déménager à Sudbury en provenance de Sturgeon Falls.

J’ai vu ça, ce matin, j’ai ma carte [passe d’autobus], mais ils ne m’ont pas fait payer, c’était pas mal cool. Il devrait y avoir plus de journées comme ça, affirme-t-il.

Chad Horner porte un chandail noir

Chad Horner a profité des voyages gratuits en autobus offerts par la Ville du Grand Sudbury pour souligner le 50e anniversaire du transport en commun.

Photo : Radio-Canada / Aya Dufour

La Ville du Grand Sudbury dit vouloir encourager davantage de résidents à emprunter le transport en commun.

Nous savons que c’est un service qui peut confondre ceux qui ne l’utilisent pas, mais il peut aussi y avoir des obstacles financiers, note le gestionnaire des services de transport en commun à la Ville du Grand Sudbury, Brendan Adair.

Offrir un transport gratuit pendant une journée peut aussi servir à attirer de nouveaux usagers. Du personnel additionnel se trouvaient d’ailleurs au terminus pour discuter avec les passagers.

« Nous voulons comprendre le mode de transport dont ils se passent pour une journée et sur quelle distance ils voyagent. »

— Une citation de  Brendan Adair, gestionnaire des services de transport en commun à la Ville du Grand Sudbury

Si quelqu’un a choisi de se passer de sa voiture [...] par exemple, je peux lui montrer qu’il a fait un bon choix qui a un impact positif sur l’environnement, note M. Adair.

Un autobus orange, peint aux couleurs des tout premiers autobus de 1972, circulera dans les rues de la ville du nickel pendant une année.

La sécurité du centre-ville, un enjeu selon des citoyens

Des citoyens estiment toutefois que la perception d’insécurité au terminus du centre-ville pousse certaines personnes à éviter le transport en commun.

Le Centre de transport des autobus municipaux du Grand Sudbury.

Le terminus du centre-ville de Sudbury n'est pas assez sécuritaire, estiment certains citoyens.

Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

Plusieurs personnes ont peur de venir ici en raison des toxicomanes et elles ont peur de se faire voler, ce qui m’est déjà arrivé, raconte Larry Brown, qui trouve tout de même les autobus pratiques et accessibles.

Brendan Adair dit être conscient des préoccupations liées à la sécurité. Il indique que les agents de sécurité du terminus offrent tout de même beaucoup de soutien en ce sens.

Brendan Adair pose à côté du parcomètre.

Brendan Adair est le gestionnaire des services de transport en commun du Grand Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Benjamin Aubé

Des agents municipaux circulent aussi dans les autobus de manière proactive et répondent aux divers enjeux qu’il peut y avoir dans les autobus ou au terminus, ajoute M. Adair.

Achalandage de nouveau à la hausse

Le taux d’utilisation des autobus municipaux, qui avait chuté au début de la pandémie, augmente à nouveau, selon de récentes statistiques.

Avec 320 000 usagers le mois dernier, août a été le mois le plus achalandé depuis le début de la pandémie, illustre M. Adair.

Pour le mois de septembre, on est déjà à plus de 300 000 usagers, avec la rentrée scolaire, que ce soit à l’élémentaire, au secondaire ou au postsecondaire.

La Ville du Grand Sudbury mène par ailleurs une étude de faisabilité afin d’évaluer comment la Ville peut effectuer une transition entière vers des autobus électriques.

Avec les informations d’Aya Dufour et d'Angela Gemmill

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !