•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libérations de délinquants sous la loupe de la police en Saskatchewan

Evan Bray, chef de la police de Regina.

Selon Evan Bray, chef de la police de Regina, l'unité doit collaborer davantage avec les partenaires communautaires.

Photo : Radio-Canada / Kirk Fraser

Radio-Canada

Le Conseil des commissaires de police de Regina a reçu un rapport sur l'unité de soutien au Service correctionnel du Canada (SCC), mardi, concernant la supervision des délinquants dangereux une fois qu'ils sont libérés dans la communauté.

Ce rapport est soumis au lendemain d'une série d'attaques au couteau ayant fait 10 morts 18 blessés dans la Première Nation crie James Smith et dans le village de Weldon, en Saskatchewan, au début du mois de septembre.

Un des deux suspects, Myles Sanderson, bénéficiait d'une liberté conditionnelle. Il avait été remis en liberté d'office en août 2021, puis sa libération a été suspendue en novembre.

Le chef du Service de police de Regina réagit

Selon le chef du Service de police de Regina, Evan Bray, le travail effectué par cette unité est satisfaisant.

« Les agents du SCC ont généralement de meilleures relations avec les condamnés et leurs familles. »

— Une citation de  Evan Bray, chef de la police de Regina.

Evan Bray a ajouté qu'il était aussi impressionné par le travail effectué par ses cinq agents au cours des deux dernières années, en priorisant les contrôles et en évaluant les risques avec certains délinquants.

L'unité a également aidé à retrouver des personnes en liberté illégale, en collaborant avec la GRC ou d'autres services de police municipaux, précise Evan Bray.

Le parcours de l'unité d'appui

L'unité créée en 2020 compte deux agents à temps plein et trois agents à temps partiel.

Mais selon le rapport soumis à la commission, l'unité devait initialement compter 10 agents.

Toujours selon le rapport, le travail de l'unité d'appui consiste à collaborer avec des partenaires communautaires et des civils, tel que des agents de libération conditionnelle, dont deux ont déjà commencé à travailler aux côtés du SCC cette année.

Selon les statistiques de la police de Regina, l'année dernière, le SCC a permis l'arrestation de 133 délinquants potentiels.

Elle a également surveillé 99 condamnés, s'assurant qu'ils respectaient les conditions de leur libération, et 68 dangereux récidivistes ont été arrêtés pour ne pas avoir respecté ces conditions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !