•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité routière : un organisme recommande au Grand Sudbury l’approche Vision Zéro

Un cycliste au centre-ville de Vancouver.

L'approche Vision Zéro vise à réduire les blessures et les collisions sur les routes.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Les progrès en sécurité routière dans la région du Grand Sudbury sont une bonne première étape, mais la Ville devrait passer à la prochaine étape avec l’adoption de la politique Vision Zéro, argumente un organisme de prévention des blessures.

Valerie Smith, directrice des programmes de sécurité routière de Parachute Canada, un organisme qui œuvre à la prévention des blessures, a félicité la Ville pour ses efforts tels que les caméras aux feux rouges, les pistes cyclables séparées et d'autres mesures d'apaisement de la circulation.

Mme Smith affirme toutefois que la Ville pourrait aller plus loin et adopter une politique de Vision Zéro, une stratégie adoptée en Suède dans les années 1990 qui vise à éliminer tous les décès et les blessures graves dus à la circulation.

Ce principe s’appuie sur des mesures prises par les villes qui visent à réduire la vitesse et à séparer les cyclistes et les piétons, qui sont les plus vulnérables sur les routes, de la circulation automobile.

On fait tous des erreurs. Un des principes clés de la Vision Zéro est que personne ne devrait mourir ou subir des blessures graves sur nos routes à cause de ces erreurs, ajoute Mme Smith.

Des villes canadiennes telles que Toronto et Edmonton ont adopté l'approche Vision Zéro, et cela a permis de réduire le nombre de blessures graves et de décès, a déclaré Mme Smith.

En tant que mère d'une fille de 12 ans, je veux que nos routes soient plus sûres. Je veux que ma fille puisse se rendre à l'école à vélo et en toute sécurité, affirme Mme Smith.

Plus de collisions cette année

Le Grand Sudbury a vu le nombre de collisions augmenter d’environ 25 % en 2022 en comparaison avec la même période l'an dernier.

En 2021, le centre de signalement des collisions de la ville avait enregistré 2941 collisions du 1er janvier au 18 septembre.

Pour la même période en 2022, 3684 collisions ont été signalées.

Joe Rocca, directeur intérimaire de l'infrastructure et de la planification des immobilisations du Grand Sudbury, affirme qu'il y a probablement eu plus de collisions cette année parce qu'il y a plus de voitures sur la route.

Au plus fort de la pandémie de COVID-19, en 2021, beaucoup plus de personnes travaillaient à domicile, ce qui a réduit le trafic routier.

Mais bien qu'il y ait eu plus de collisions cette année, seul un petit nombre d'entre elles ont été mortelles ou ont entraîné des blessures graves.

La police du Grand Sudbury a répondu à 31 collisions graves en 2021. Jusqu'à présent cette année, elle est intervenue dans 12 collisions ayant entraîné des blessures graves ou la mort.

Selon le sergent Blair Ramsay, de la police du Grand Sudbury, les vitesses élevées sont la cause la plus fréquente des collisions graves.

Avec les informations de Jonathan Pinto, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !