•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ville en Ontario paiera les frais de système d’alarme de ses élus

Paula Duhatschek assise à son bureau.

La conseillère municipale de Waterloo Paula Duhatschek espère que la question de la sécurité ne dissuadera pas des résidents de se porter candidats en politique.

Photo : Radio-Canada / Paula Duhatschek

Radio-Canada

Les conseillers municipaux à Waterloo, à l'ouest de Toronto, toucheront jusqu'à 100 $ par mois s'ils ont un système d'alarme à la maison. La mesure est prise en raison d'une hausse du harcèlement à l'endroit des élus.

Les conseillers municipaux ont voté à l'unanimité en faveur de la motion lundi.

La mesure doit entrer en vigueur après l'élection municipale d'octobre.

Des cas de harcèlement et de menaces à l'endroit des politiciens au pays ont fait les manchettes au cours des dernières années.

À Waterloo, la conseillère Diane Freeman raconte que tout a changé autour de 2010, 2014.

Les courriels que je recevais contenaient tellement de grossièretés, de commentaires offensants, de harcèlement et de commentaires sur ma personne plutôt que de me demander de tenir compte d'éléments en particulier dans une décision, raconte-t-elle.

Mme Freeman ajoute que certains courriels lui ont causé de l'insomnie et qu'elle s'est inquiétée pour la sécurité de sa famille dans l'un de ces cas.

La conseillère Tenille Bonoguore affirme elle aussi que la « teneur du discours » a changé, particulièrement en ligne depuis le début de la pandémie. Un cas survenu avant la pandémie l'a fait s'inquiéter elle aussi pour ses proches.

Mme Bonoguore ne se représente pas en octobre. Elle espère que la question de la sécurité ne découragera pas de potentiels candidats. Je veux que les gens gardent en tête que les résidents sont bons, que la communauté est toujours forte et que cette politique [sur les systèmes d'alarme] est une protection contre les cas particuliers, dit-elle.

D'après des renseignements fournis par James Chaarani, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !