•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants du propriétaire des Canucks ont déclaré en cour qu’il les avait agressés

L'ex-femme de Francesco Aquilini demande à la Cour que celui-ci continue de payer une pension alimentaire pendant que ses enfants sont à l'université.

Francesco Aquilini en veston et cravate assis à une table pendant une conférence de presse.

Francesco Aquilini nie catégoriquement avoir agressé ses enfants.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Les quatre enfants de Francesco Aquilini, le propriétaire des Canucks de Vancouver, ont affirmé qu'il les avait agressés, physiquement et psychologiquement, quand ils étaient jeunes, selon des déclarations faites à la Cour suprême de la Colombie-Britannique mardi.

L'audience de mardi avait pour but d'entendre la demande de son ex-conjointe, la psychothérapeute Tali'ah Aquilini, qui demande à la Cour de déclarer que leurs trois plus jeunes enfants sont toujours des enfants à charge issus du mariage au titre de leur entente de séparation.

Le cas échéant, Francesco Aquilini doit continuer à payer une pension et à rembourser les frais universitaires de ses trois plus jeunes enfants.

Francesco Aquilini a catégoriquement nié ces allégations devant la Cour suprême.

Des contacts coupés

Le divorce hautement conflictuel du couple en 2013 s'est conclu par une entente hors cour à la veille du procès. Selon cette entente, Tali'ah Aquilini avait la garde exclusive des quatre enfants, qui ont eu très peu de contacts avec leur père depuis, selon l'avocate de Mme Aquilini, Claire Hunter.

Tali'ah Aquilini en point de presse à l'extérieur de la Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver.

Tali'ah Aquilini demande à la justice de déclarer que ses trois plus jeunes enfants sont encore des enfants à charge issus du mariage. (27 septembre 2022)

Photo : Radio-Canada / Murray Titus

Les enfants ont demandé que leur père n'ait accès à aucune information personnelle à leur sujet, qu'elle soit de nature médicale ou autre, et lui en ont fait part dans une lettre dont des parties ont été lues en cour.

Cette lettre, qui lui aurait été envoyée en mars 2020 par l'aînée de la famille, a été écrite au nom de ses trois cadets.

Ta relation avec nous est une conséquence directe de ton traitement envers nous, que tu le reconnaisses ou non. Chacun de nous a plusieurs exemples des agressions que tu nous as fait subir, écrit-elle.

L'aînée de la famille est déjà une adulte et ne demande pas de pension ou d'aide financière à son père, comme cela a précisé à la Cour.

Allégations d'agressions

Les trois plus jeunes enfants du couple sont aujourd'hui âgés de 20, 22 et 24 ans. L'un fait des études supérieures outre-mer, le deuxième étudie le génie mécanique, et le troisième est en médecine.

Ces trois enfants allèguent avoir subi des violences de la part de leur père dans des déclarations sous serment soumises à la Cour. Comme le veulent les précédents en droit familial, le dossier fait l'objet d'un ordre de non-publication, mais l'avocate Claire Hunter en a lu des extraits lors de l'audience.

Un des enfants allègue, entre autres, que Francesco Aquilini l'aurait battu alors qu'il dormait jusqu'à ce qu'il se réveille. Un autre affirme avoir reçu un coup de poing à l'estomac.

Un autre exemple décrit dans la déclaration fait état d'un incident où les trois enfants jouaient bruyamment quand leur père se serait mis en colère et les aurait renvoyés dans leurs chambres, avant de se rendre dans chacune d'elles et leur faire subir des violences physiques. L'un des enfants affirme avoir vu Francesco Aquilini lancer un autre enfant, âgé à l'époque de 5 ans, à travers la chambre et avoir prévenu sa mère parce qu'il craignait pour sa vie.

Aucune de ces allégations n'a été prouvée en cour.

Informations caviardées

En raison du désir des enfants de ne pas donner d'informations à leur sujet à leur père, les factures et les pièces justificatives envoyées à Francesco Aquilini sont caviardées par Tali'ah Aquilini pour éliminer ces informations.

Pour sa part, Ken McEwan, l'avocat de Francesco Aquilini, note que son client serait d'accord pour que ces documents soient envoyés à ses avocats sans qu'il les voie.

Ken McEwan ajoute qu'il doit avoir plus d'information au sujet de l'éducation des enfants, par exemple sur présences en classe et leur réussite scolaire, en plus de justifications pour leurs frais de logement étudiant, des absences non expliquées, des billets d'avion et un ordinateur de 48 000 $.

Les deux parties s'entendent pour dire que Francesco Aquilini a payé la pension due au mois d'août 2022.

Toutefois, l'avocate de Tali'ah Aquilini note que des interventions en justice ont été nécessaires au cours des années pour que ces paiements aient lieu et que Francesco Aquilini doit 140 000 $ en frais universitaires.

Pour sa part, l'avocat de Francesco Aquilini soutient que son client ne doit rien et qu'il a en réalité trop payé de pension pour ses enfants.

Avec des informations de Tara Carman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !