•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression dans St-Roch : les attaquants se seraient fait passer pour des victimes

Un ruban de sécurité a été installé près de la scène de crime à la place de l'Université du Québec.

Croyant qu'un suspect attaquait au couteau des passants, les services d'urgence s'étaient déployés dans le secteur du Jardin Jean-Paul-L'Allier.

Photo : Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand

Des accusations de méfaits publics ont été déposées contre trois jeunes dans la vingtaine qui se seraient infligé des blessures pour passer pour des victimes.

Les événements sont survenus dans la nuit du 14 septembre à la place de l'Université-du-Québec, dans le quartier Saint-Roch, lorsqu'une femme a été agressée à coups de couteau.

En ratissant le secteur, les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) ont retrouvé trois autres personnes blessées légèrement, qui ont affirmé avoir été attaquées par un suspect ayant pris la fuite.

Ces déclarations ont laissé croire aux policiers que le suspect armé attaquait des victimes de façon aléatoire et un nombre important d’effectifs se sont dirigés vers le quartier Saint-Roch, peut-on lire dans le communiqué de presse du SPVQ.

Selon la police, il s'agissait en fait d'un canular puisque ce serait ces trois personnes qui auraient commis l'attaque initiale sur la femme de 33 ans.

Les suspects sont Gabriel et Benjamin Poirier, ainsi qu'une jeune femme, Gabrielle Deblois.

En plus des accusations de méfaits publics, Gabriel Poirier est aussi accusé de voies de fait grave sur la femme qui a été attaquée.

Le trio doit revenir devant le tribunal vendredi pour leur enquête sur remise en liberté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !