•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dépliants électoraux font réagir à l’Université de Sherbrooke

Manon Massé marche avec des étudiants.

Manon Massé était de retour à l'Université de Sherbrooke mardi. (archive d'une autre visite en août dernier)

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Radio-Canada

Au jour 31 de la campagne électorale, la question des dépliants électoraux fait encore parler à Sherbrooke.

La co-porte-parole de Québec solidaire (QS) Manon Massé était à l'Université de Sherbrooke mardi midi pour rencontrer des étudiants. Elle y a été apostrophée par le candidat péquiste Yves Bérubé-Lauzière. 

Je suis le candidat du Parti québécois dans Sherbrooke et c'est illégal sur le campus de distribuer. [...] Tu n'as pas le droit de distribuer ça!, s’est-il exclamé.

Il revenait du pavillon multifonctionnel de l’Université, où se trouve le bureau de vote sur le campus ainsi que la cafétéria. Des dépliants de Québec solidaire trônaient sur quelques tables de la cafétéria, alors qu’aucune publicité partisane n’est permise sur les lieux d'un bureau de vote. Personne n’a cependant été vu en train de distribuer les dépliants. 

Mardi, le directeur du scrutin de la circonscription de Sherbrooke, Jean Rouillard, a confirmé à Radio-Canada que ces publicités sont interdites dans tout le pavillon multifonctionnel, cafétéria incluse. 

M. Rouillard assure que des gens vont maintenant s’assurer qu'aucun dépliant ne traîne dans le secteur. 

Oui il y a eu des dépliants qui ont été trouvés dans le pavillon, mais il faut comprendre que le pavillon B5, c'est la cafétéria étudiante, donc un étudiant peut bien rentrer avec son dépliant et le lire comme il pourrait lire sur son cellulaire une propagande politique. Ça, je ne peux pas intervenir. Par contre, ce qu'on a mis en place, ce sont des aides PRIMO qui se promènent toutes les heures par rotation dans le pavillon pour ramasser les dépliants qui traînent, souligne-t-il. 

L'Université de Sherbrooke a aussi sa propre politique sur le reste de son campus, hors du bureau de vote. Les représentants des partis peuvent rencontrer les électeurs sur le terrain de l'Université s'ils ont été invités, ce qui était le cas mardi pour Manon Massé. Dans le cadre de leur visite, ils peuvent distribuer du matériel promotionnel, mais comme pour les bureaux de vote, ils ne peuvent pas les laisser sur les tables.

Selon Québec solidaire, tout a été fait dans les règles de l'art mardi.

« La règle est claire, c'est qu'on ne peut pas s'approcher des bureaux de vote, et ça, c'est correct, on respecte ça, pas de trouble. Par contre, il n'y a rien qui nous empêche d'aller à la rencontre des jeunes et de les stimuler à aller voter, ça je pense que stimuler la démocratie, c'est juste sain. »

— Une citation de  Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

En soirée, le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois est aussi passé dans la région pour faire du porte à porte avec Mélissa Généreux, candidate dans Saint-François. C'était la troisième visite du co-porte-parole dans la circonscription depuis le début des élections, alors que la lutte s’y annonce chaude entre la Coalition avenir Québec (CAQ) et QS

Le candidat caquiste présente son bilan dans Granby 

Alors que le 3 octobre approche à grands pas, le candidat caquiste dans Granby a présenté son bilan mardi. 

François Bonnardel a rappelé les engagements pris pendant la campagne, dont la construction d'un centre mère-enfant, d'une nouvelle unité en santé mentale à l'Hôpital de Granby et d'un plan pour restaurer la rivière Yamaska. 

Il a aussi rappelé ce qu'il a fait durant les quatre dernières années de son mandat, ce qui inclut l'élargissement de la route 139, une nouvelle unité de soins intensifs, et deux nouvelles écoles primaires qui seront construites. 

Il se dit satisfait de la campagne. C'est toujours un contexte quand même très intense une campagne électorale, c'est un long marathon et souvent, dans les marathons,  quand on arrive au 35e, 40e kilo, c'est là qu'il y a une baisse d'énergie. Mais bon, il faut trouver un équilibre important entre la santé physique, le travail et tout ça, on se donne à fond, mais je dors bien, heureusement!, s’est-il exclamé. 

Avec les informations de Marion Bérubé

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !