•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rassemblement à l’UQAC en soutien aux manifestants iraniens

Des personnes assemblées dans une salle tiennent des affiches.

Quelques dizaines de personnes étaient rassemblées mardi à la bibliothèque de l'UQAC en soutien au peuple iranien.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Radio-Canada

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées à la bibliothèque de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) mardi en soutien aux manifestants en Iran qui dénoncent la mort d’une jeune femme qui était détenue par la police des moeurs.

Mahsa Amini, 22 ans, a été arrêtée le 13 septembre pour « port de vêtements inappropriés » par la police des moeurs, qui est chargée de faire respecter le code vestimentaire strict de la République islamique d’Iran, qui oblige notamment les femmes à se couvrir les cheveux.

La jeune femme est tombée dans le coma après son arrestation et est morte à l’hôpital le 16 septembre. Plus de dix jours après sa mort, des manifestations se poursuivent. Elles sont violemment réprimées par les autorités iraniennes, qui ont fait plusieurs morts.

Le groupe qui s’est réuni à l’UQAC voulait exprimer son soutien, même à des milliers de kilomètres, aux Iraniens qui se mobilisent.

C’est sûr que les revendications maintenant, c’est pour le code vestimentaire, pour le hijab pour qu’il ne soit pas une obligation, mais il y a beaucoup plus que ça dans les revendications. Les femmes veulent que leurs droits soient reconnus, a exprimé la professeure Gelareh Momen, qui est iranienne d’origine.

Une réforme est nécessaire, estime pour sa part le professeur Ali Saeidi, qui est également d’origine iranienne.

S’ils peuvent accepter les droits des femmes, les droits des hommes aussi, donc ça pourrait être, je dirais, la meilleure façon. La meilleure solution, c’est d’aller vers une réforme, pas la révolution, estime-t-il.

Une affiche en carton tenue devant des gens dans une salle.

Cette fiche invitait les gens présents à utiliser des mots-clics de soutien sur les réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Maryam Farokhmehr, qui travaille au Cégep de Jonquière, a également pris part à l’événement. Elle constate que plusieurs membres de la communauté sont à la fois attristés et fâchés par les événements.

Il y en a beaucoup qui sont fâchés. Ils disent qu’on en avait assez. Ils disent qu’on a besoin de changement dans notre société, a-t-elle indiqué en entrevue à Place publique.

Elle a tenu à exprimer son soutien au peuple iranien en participant à l’événement.

J’essaie de supporter l'humanité. La violence n'est pas une solution partout, en Iran, ici, pour supporter Mahsa Amini ou pour le hijab obligatoire, je pense que la violence n’est pas une solution, la diversité de croyances est une richesse et la valeur de l’humanité est toujours un bon guide, croit-elle.

Elle estime que la participation à des manifestations et à des événements peut représenter un risque pour ceux qui souhaiteraient visiter l’Iran à nouveau. Il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas retourner, laisse-t-elle tomber.

Maryam Farokhmehr demeure au Québec depuis trois ans et neuf mois dans la région. Elle a fait le choix de ne pas porter le voile. Là-bas, je n’étais pas vraiment quelqu’un qui le portait trop fort, dit-elle.

Elle constate que la division s’est creusée depuis un moment au sein du pays, entre la société religieuse et la société laïque. Mes amis m’ont bloquée sur leurs réseaux sociaux pour supporter une idéologie, confie-t-elle.

Maryam Farokhmehr s’inquiète présentement pour ses proches, en particulier pour sa mère, alors qu’elle n’a pu lui parler depuis cinq jours en raison des communications difficiles et du récent blocage de certains réseaux sociaux.

Avec des informations de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !