•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À défaut de trouver un toit, un couple loge dans un bateau de fortune

Un bateau en matière recyclée sur l'eau.

À défaut de pouvoir se trouver un toit, Philip Hathaway et sa conjointe se sont construit un bateau de fortune avec des matières recyclées.

Photo : Fournie par Philip Hathaway

Radio-Canada

Après huit ans passés à vivre dans une tente, dans une voiture et dans des abris de fortune autant en Alberta qu’en Colombie-Britannique, un couple de l’île de Vancouver se tourne vers la mer pour s’abriter.

Ils ne veulent pas qu’on dorme dans les parcs, nous n’avons nulle part où aller, alors je vais nous construire un bateau, a déclaré Philip Hathaway âgé de 53 ans.

Depuis juin 2021, le couple vit donc dans un bateau qu’il a construit à l’aide de barils de recyclage remplis de bouteilles de plastique vides pour aider à la flottaison, le tout couvert de vieille pancarte de signalisation.

Le bateau de fortune a d’abord été construit dans le parc provincial Goldstream près de Langford, en banlieue de Victoria. Le couple a ensuite manœuvré l’embarcation jusque dans la baie de Saanich avant de remonter la côte vers Campbell River, un périple de près de 250 kilomètres, à l’aide d’un petit moteur.

Philip Hathaway et sa femme, Sonja, disent faire face autant à la stigmatisation dans les lieux où ils jettent l’ancre qu’aux regards des touristes qui ne semblent pas comprendre la gravité de leur situation.

Une femme observe la rive depuis son bateau de fortune.

Maintenant que Sonja est enceinte, il est urgent que le couple trouve un logement abordable.

Photo : Fournie par Philip Hathaway

J’ai construit ce bateau pour survivre. Personne ne devrait avoir à faire ça pour trouver un endroit où vivre, rappelle-t-il en en indiquant être toujours en attente qu’une place se libère dans un refuge.

L’homme assure avoir rempli une requête pour un logement d’urgence en avril 2020, mais a dû répéter le processus des mois plus tard lorsqu’il a été averti que ses papiers avaient été perdus.

Avec sa femme, il a donc passé l’année suivante à vivre dans leur voiture puis dans une tente sur la berge près de James Bay à Victoria, toujours en attente de pouvoir être logé.

Maintenant que Sonja est enceinte, il devient d’autant plus urgent pour le couple de trouver un logement plus adéquat et permanent.

Un manque de logements

Les Hathaway ne sont pas les seuls à éprouver de la difficulté à se loger sur l’île de Vancouver. Selon les données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, le taux d'inoccupation dans la grande région de Victoria était de 1 % en février.

La demande dépasse largement la disponibilité à travers la province, indique BC Housing dans une déclaration.

L’agence provinciale du logement ajoute que selon ses renseignements, la demande de logement effectuée par la famille Hathaway remonte à mars 2022, mais qu’il est possible qu’une requête antérieure ait directement été faite auprès d’un fournisseur de logements à but non lucratif de Victoria.

Il est difficile de prédire combien de temps M. Hathaway et sa conjointe devront attendre avant de trouver du logement, écrit BC Housing.

D’ici là, si Philipp Hathaway espère trouver un endroit où loger sa famille, il souhaite surtout mettre en lumière les problèmes liés aux logements abordables en Colombie-Britannique et souhaite voir de meilleures solutions pour aider les familles comme la sienne.

D'après les informations d'Emily Fagan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !