•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hôpitaux torontois ont besoin de 15 000 employés de plus, soutient un syndicat

Une infirmière qui porte de l'équipement de protection se prépare à entrer dans la chambre d'un patient aux soins intensifs à l'Hôpital général de North York.

Des hôpitaux ont dû fermer temporairement leurs urgences cet été à cause de la pénurie de personnel.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Le Syndicat canadien de la fonction publique réclame l’embauche de 15 000 travailleurs de la santé par année pour maintenir les services actuels dans une douzaine d’hôpitaux de la région de Toronto.

Lors d’une conférence de presse devant l’Hôpital général de Scarborough, le SCFP a fait valoir que la population augmente et qu’elle vieillit.

De nombreux hôpitaux ontariens ont dû fermer temporairement leurs urgences cet été par manque de personnel.

L’attente est aussi beaucoup plus longue pour les patients, selon le syndicat.

À l’Hôpital Toronto Western, ils passent en moyenne 26,4 heures aux urgences avant d’être hospitalisés. À St. Joseph, c’est 37,9 heures.

À consulter :

Temps passé aux urgences (Nouvelle fenêtre) – site de Qualité des services de santé Ontario

Dave Verch, vice-président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario du SCFP pense que la pénurie de personnel ne peut que s’aggraver. Le personnel est épuisé, démoralisé et songe à s’en aller, observe-t-il.

À son avis, pour stopper l’hémorragie, la province doit augmenter les salaires, offrir des postes à temps plein et réduire la charge de travail.

La ministre de la Santé, Sylvia Jones, soutient que la province fait tout ce qu’elle peut pour embaucher plus de travailleurs dans les hôpitaux.

Elle rappelle qu’elle travaille avec l’Ordre des infirmières et infirmiers de l'Ontario pour accélérer l’octroi des permis de pratique aux infirmières formées à l’étranger qui vivent déjà dans la province.

Avec les informations d'Anne-Marie Trickey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !