•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résoudre le casse-tête du transport collectif dans la couronne sud de Montréal

Les élus municipaux de la Rive-Sud veulent connaître les propositions des principaux partis politiques pour améliorer la mobilité entre les 40 municipalités de la région.

Un autobus exo à la demande.

Les services de transport collectif semblent répondre de moins en moins aux besoins de la population de la couronne sud, selon une étude commandée par la Table des préfets de cette région.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Radio-Canada

Sainte-Julie et Saint-Bruno sont deux municipalités voisines. Passer de l'une à l'autre nécessite moins de 10 minutes en voiture, environ 15 minutes en vélo... ou près de 1 h 30 en autobus.

Pas facile de se déplacer en transport en commun dans la couronne sud de Montréal, au-delà de l'agglomération de Longueuil. Et pourtant, la région, qui s'étend de Contrecoeur jusqu'à Hudson, compte 40 municipalités, où vivent plus de 500 000 personnes.

Les maires et les préfets veulent donc s'attaquer au problème de l'accessibilité du transport collectif, d'autant que la couronne sud a connu un taux de croissance démographique de plus de 7 % au cours des cinq dernières années.

Une étude commandée par la Table des préfets de la couronne sud souligne déjà l'existence de plusieurs problèmes : les services d'autobus sont segmentés selon les secteurs, ils permettent essentiellement de se rendre vers Montréal ou au métro Longueuil, et l'offre est très faible en dehors des heures de pointe.

Il est donc très difficile de se déplacer efficacement entre les municipalités de la couronne sud.

Pour le maire de Châteauguay, Eric Allard, la situation actuelle ne peut plus durer. On n’a pas de connexion avec les villes autour. Les villes de Saint-Constant ou de Candiac, on ne peut pas se rendre là, cite-t-il en exemple.

En fait, ce qui est spécial, c’est qu’on doit prendre un autobus ici à Châteauguay, se rendre [à la station de métro] Angrignon, faire un paquet de transferts, repartir du métro Bonaventure pour se rendre chez nos voisins qui sont à 10-15 minutes [en voiture] d’ici, avec des coûts évidemment qui n’ont pas d’allure, a dénoncé le maire.

Pour M. Allard, il est également problématique que l'hôpital régional Anna-Laberge soit difficilement accessible aux personnes de l'extérieur de Châteauguay qui ne possèdent pas de voiture.

« Quelqu’un de Candiac qui n’a pas d’auto et qui doit se rendre à l’Hôpital Anna-Laberge, bien sûr, il peut prendre un taxi, mais il n’a pas accès au transport en commun pour se rendre à son hôpital régional, c’est un énorme manque. »

— Une citation de  Eric Allard, maire de Châteauguay

Que proposent les partis pour la couronne sud?

Dès l'entrée en fonction du Réseau express métropolitain (REM), beaucoup de circuits d'autobus devraient transiter par Brossard pour assurer la connexion avec le nouveau réseau de trains. Mais ces changements ne régleront pas tous les problèmes de mobilité de la couronne sud.

Les préfets demandent notamment qu'un service d'autobus circule d'est en ouest sur l'autoroute 30, et desserve les municipalités au-delà des autoroutes 10 et 20 afin de les relier entre elles. La Coalition avenir Québec prévoit bel et bien l'ajout d'une voie réservée sur l'autoroute 30, mais elle se rendra directement à Brossard, pour créer un rabattement vers le REM et le DIX30.

Il faut avoir des services qui répondent aux besoins, a expliqué la candidate caquiste dans Verchères, Suzanne Roy. Si je fais arrêter l'autobus à toutes les sorties de l’autoroute 30 et que personne n’embarque ou ne débarque, la seule affaire que ça va faire, c’est une expérience désagréable pour le citoyen qui, lui, veut se rendre au DIX30.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Québec solidaire, de son côté, propose d'augmenter le nombre d'autobus en circulation. Nous, on ne veut pas réinventer la roue, on a de bonnes choses qui marchent au Québec et qui marchent sur la couronne sud, et c’est d’ajouter plus d’autobus, a résumé la candidate solidaire dans Marie-Victorin, Shophika Vaithyanathasarma.

Vous allez me dire : ah oui, mais il manque de chauffeurs. En effet, il y a une pénurie de main-d’œuvre. Ça va être de revaloriser cette profession-là, a-t-elle reconnu.

La pénurie de main-d'oeuvre a un impact direct sur l'offre de service de transport collectif dans la couronne sud. Depuis le début de l'année, le manque de chauffeurs a forcé le retrait d'un autobus sur sept entre Longueuil et Sorel. D'après le candidat libéral dans Verchères, Gabriel Lévesque, il s'agit du nerf de la guerre.

Selon lui, il faut encourager les employés expérimentés à revenir sur le marché du travail par des incitatifs fiscaux, en plus de favoriser la venue d'immigrants. En ce moment, pour le gouvernement, ce n’est pas un emploi prioritaire pour l’immigration, donc on passe à côté de beaucoup de main-d’œuvre, a-t-il déclaré; de plus, la solution passe par la reconnaissance des acquis, selon lui.

Quand les immigrants arrivent et qu’ils veulent être chauffeurs, ils ont leur permis en France, en Allemagne, au Maroc... C’est de reconnaître qu’ils sont capables de conduire un autobus et de s’assurer qu’on leur donne un emploi rapidement.

Au Parti québécois, on souhaite plutôt inciter les usagers à utiliser le transport en commun grâce à une « passe climat » qui permettra d'avoir accès à tous les modes de transport au Québec pour 1 $ par jour.

Ça va coûter beaucoup moins cher, donc ce sera un incitatif à ce que tout le monde embarque – dans tous les sens du terme – et ça va permettre de compenser les pertes des agences de services de transport en commun pour continuer d’offrir un meilleur service, a détaillé Pierre Nantel, candidat péquiste dans Marie-Victorin.

Aucun candidat conservateur n'était disponible mardi pour expliquer le plan du parti afin d'améliorer le transport collectif dans la couronne sud.

Avec les informations de Félix-Antoine Saulnier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !