•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Yellowknife accepte de vendre un terrain commercial pour 1 $

Édifice et rue au centre-ville de Yellowknife, avec  une voiture stationnée le long d'un terrain vacant.

Le terrain est situé au coin de la 50e Rue et de la 50e Avenue, au centre-ville de Yellowknife (archives).

Photo : Radio-Canada / Hilary Bird

Radio-Canada

Le conseil municipal de Yellowknife a voté unanimement lundi en faveur d’une motion pour vendre un terrain commercial au prix de 1 $, alors que la Ville l’avait acheté 1,45 million de dollars en 2014.

Le terrain, qui est un stationnement à l'heure actuelle, est situé au coin de la 50e Rue et de la 50e Avenue. Souvent appelé terrain 50/50, il pourrait être vendu pour cette somme à Holloway Lodging Corporation.

L'entreprise immobilière possède déjà la moitié du centre commercial Centre Square, situé à quelques pas du terrain 50/50. Holloway propose de construire un immeuble résidentiel de 12 à 13 étages, comprenant 180 unités de logement et un espace commercial au rez-de-chaussée.

L’une des conditions de cette vente est l’ajout de loyers à prix modiques au projet. Au-delà du besoin de logements abordables, nous avons aussi besoin de logements, point, a déclaré la mairesse, Rebecca Alty.

« Des entreprises ne peuvent pas embaucher d’employés parce qu’il n’y a pas de logements disponibles. Ce projet va créer des logements qui sont très recherchés. »

— Une citation de  Rebecca Alty, mairesse de Yellowknife

La vente n’est pas encore conclue, mais cette motion va permettre à la Ville de négocier un contrat de vente à 1 $ avec Holloway pour le terrain 50/50. Cette même motion ouvre également la porte à d'autres acheteurs potentiels pour d'autres terrains vacants pour la somme de 1 $.

Trois autres terrains vacants, également à vendre au centre-ville, sont aussi inclus dans cette motion.

La Ville tente depuis 2019 de trouver un acheteur pour ce terrain, et Holloway Lodging Corporation, une filiale de la société d’investissement Clarke Inc., d'Halifax, est la seule compagnie à avoir manifesté son intérêt.

Des bâtiments en hauteur au centre-ville de Yellowknife derrière des piétons et des lumières de circulation.

Le terrain 50/50 est vacant depuis de nombreuses années et contribue à la dégradation du centre-ville de Yellowknife (archives).

Photo : Radio-Canada / Hilary Bird

Clarke Inc. est une société cotée en bourse dont les actifs s’élèvent à 380 millions de dollars, selon son dernier rapport trimestriel. La société possède deux hôtels au centre-ville de Whitehorse. Clarke Inc. a aussi acheté dernièrement un hôtel à Grande Prairie pour la somme de 11,6 millions de dollars.

Des doutes subsistent chez les conseillers municipaux

Le conseiller municipal Steve Payne a demandé en réunion si Holloway Lodging Corporation pouvait faire un dépôt afin de garantir le projet immobilier. Le conseiller municipal Julian Morse, de son côté, s’inquiète du fait que peu de détails ont été divulgués au sujet de ce projet. Holloway n’a pas encore fourni de proposition détaillée pour ce terrain.

On a des inquiétudes en ce qui concerne ce projet, car on ne sait pas du tout en quoi il consistera , a dit Julian Morse.

La conseillère municipale Shauna Morgan, pour sa part, a demandé si un minimum de logements pourrait être exigé de la société immobilière. La mairesse, Rebecca Alty, a répondu que, comme la Ville n'avait pas reçu de plan détaillé , ce serait prématuré de le faire.

La Ville de Yellowknife tente depuis plusieurs années de donner une nouvelle vie au terrain vacant 50/50. Le centre-ville souffre depuis longtemps d’un exode des commerces vers les banlieues ainsi que d'un haut taux d'inoccupation commerciale.

Avec les informations d'Emma Grunwald

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !