•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cycliste amossois Charles-Étienne Chrétien passe chez les pros en Europe

Charles-Étienne Chrétien sur son vélo lors d'une course

Charles-Étienne Chrétien passe chez les professionnels avec l'équipe Human Powered Health.

Photo : Gracieuseté : Human Powered Health / João Fonseca

C’est mission accomplie pour le cycliste Charles-Étienne Chrétien, qui décroche son premier contrat chez les professionnels.

L’Amossois courra les deux prochaines années avec Human Powered Health, qui lui avait offert un deuxième essai cette saison.

Il avait connu de bonnes courses, malgré certaines malchances, avec l’équipe du projet Premier Tech U23, notamment au Tour de Normandie (9e place), à la Flèche ardennaise (7e) et au Tro-Bro Léon, où il a roulé 122 kilomètres dans la pluie et la boue en faisant partie de l’échappée.

Charles-Étienne Chrétien lors d'une course

Charles-Étienne Chrétien a connu de bonnes performances comme stagiaire avec l'équipe Human Powered Health.

Photo : Gracieuseté : Human Powered Health / João Fonseca

Comme stagiaire avec Human Powered Health (autrefois Rally Cycling), il a impressionné les dirigeants en assumant avec efficacité son rôle de coéquipier auprès des grosses pointures au Tour du Portugal, puis au Tour de Slovaquie, la semaine dernière.

J’étais stagiaire avec eux l’an dernier et j'étais encore stagiaire avec eux cette année, c’est sûr que j'espérais avoir un contrat. C’est ça l’objectif quand on est stagiaire. J'ai quand même eu un bon Tour du Portugal avec eux. J’étais tombé trois ou quatre jours avant, au Tour d’Alsace, j’avais mal au dos et j’ai juste passé 24 heures chez moi entre les deux tours. J’avais toujours mal au dos à mon retour après les 11 étapes du Portugal, j’ai fait un scan et on m’a trouvé trois fractures. Ça ne partait pas trop bien mon stage, j’ai pris un mois pour récupérer de ça, puis j’ai fait le Tour de Slovaquie. Ils m’ont offert un contrat, je n’ai pas hésité, raconte-t-il.

Âgé de 23 ans, Charles-Étienne Chrétien croit avoir saisi ce qui était peut-être l’une de ses dernières chances d’évoluer chez les pros, un objectif sur lequel il travaille depuis plusieurs années. L’équipe américaine évolue dans le circuit Pro-Continental, la deuxième division de l’Union cycliste internationale.

C’était là ou jamais, je pense. Je vais être rendu à 24 ans l’an prochain. Maintenant, les gars passent directement du junior au World Tour, ils gagnent le Tour de France à 20 ans. C’est rendu plus dur à 26 ou 27 ans de faire le saut dans une équipe pro, fait-il valoir.

Charles-Étienne Chrétien portant un casque de vélo et des lunettes de soleil.

Charles-Étienne Chrétien

Photo : Gracieuseté : Human Powered Health / João Fonseca

Demeurer en Europe

Human Powered Health possède un calendrier de courses concentré en Europe, avec l’exception de quelques courses en sol nord-américain, dont la Maryland Classic et les Grands Prix World Tour de Québec et Montréal. Charles-Étienne Chrétien pourra donc demeurer au Pays basque d’Espagne, où il réside depuis 2019 avec sa copine, la Rouynorandienne Olivia Baril, qui évoluera avec une équipe du World Tour féminin la saison prochaine.

Avec Benjamin Perry, Charles-Étienne Chrétien rejoint ses compatriotes Adam Devos et le champion canadien Pier-André Côté. Appelé à jouer surtout un rôle de soutien, il entend d’abord profiter de la prochaine saison pour se familiariser avec ce nouveau calibre.

La majorité des courses que je vais faire, ça va être des nouvelles courses. L’équipe court surtout dans les calendriers UCI .1 et des fois World Tour. Mais elle ne fait pas vraiment de courses .2 [de niveau inférieur] comme j’ai fait avec Premier Tech, Aevolo ou Silber. De m’adapter au niveau des courses, pour la première saison, ça va déjà être un bon objectif, croit-il.

Charles-Étienne Chrétien participe cette semaine au Tour de Croatie, une course de six étapes, avec sa nouvelle équipe. Il s’agit de sa dernière course de la saison avant de rentrer en Abitibi pour se reposer durant la saison morte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !