•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gestion des matières résiduelles : une nouvelle taxe pour les entreprises à Gatineau

Un bac gris placé près du trottoir, près pour la collecte des ordures

Les industries, commerces et institutions n’auront plus d’autres choix que de récupérer les matières compostables et recyclables. (archive)

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Radio-Canada

Le nouveau plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de Gatineau prévoit une taxe de 85 $ pour les industries, les commerces et les institutions, afin que la collecte des matières recyclables et compostables soit obligatoire.

La Ville de Gatineau a présenté, mardi matin, les modifications apportées à son Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) pour 2023-2029, à la suite des consultations publiques menées cet été.

95 % des résidents sondés pensent qu'une bonne gestion des matières résiduelles est nécessaire pour lutter contre les changements climatiques.

Selon la mairesse France Bélisle, c'est maintenant au tour des industries, des commerces et des institutions (ICI) de faire leur part.

« C’est un virage nécessaire qu’on va entreprendre. Les citoyens ont quand même embarqué dans ce mouvement. Et maintenant c’est au tour des ICI »

— Une citation de  France Bélisle, mairesse de Gatineau
La mairesse de Gatineau, France Bélisle, en conférence de presse.

Avec ce nouveau plan, la Ville vise récupérer 78% des matières résiduelles d’ici 2029. (archive)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Le nouveau PGMR prévoit une taxe de base pour les ICI, de 85 $. À cette taxe, il faudra ajouter les coûts engendrés par la collecte.

Les entreprises auront le choix de faire affaire avec le privé ou de se joindre au service de collecte municipale, dont on ignore toujours les coûts.

L’objectif est d'offrir un bon service municipal de collecte et d’encourager la collecte des matières recyclables et compostables.

La chambre de commerce appuie la mesure

De son côté, Stéphan Bisson, le président de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG), assure que ses membres sont conscients qu'il faut changer les façons de faire pour s'adapter aux changements climatiques.

« C’est quelque chose qu’on endosse entièrement, la question des matières résiduelles. On doit absolument être préoccupé par la question de notre planète. »

— Une citation de  Stéphane Bisson, président de la Chambre de commerce de Gatineau
Stéphane Bisson en pleine entrevue à Radio-Canada sur le bord de la rue.

Stéphane Bisson, président de la Chambre de commerce de Gatineau (archive).

Photo : Radio-Canada

M. Bisson concède toutefois que cette transition apportera son lot de défis aux entreprises de Gatineau.

La Ville de Gatineau doit envoyer son PGMR au ministère québécois de l'Environnement et de la Lutte au changement climatique avant qu'il soit adopté au conseil municipal.

Le nouveau plan de gestion des matières résiduelles sera mis en place dès l’an prochain.

Avec les informations de Rosalie Sinclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !