•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La diffusion de jeux de hasard et d’argent sur Twitch a fait des ravages

Un homme regarde concentré son écran qui diffuse une partie du jeu d'argent Sugar Rush sur un site de casino en ligne.

L'instavidéaste Félix «xQc» Lengyel, qui a une dépendance au jeu de son propre aveu, a annoncé plusieurs fois qu'il arrêtait les diffusions de jeux d'argent et de hasard sur Twitch.

Photo : xQc

Stéphanie Dupuis

Enneric Chabot, qui habite à Québec, n’avait jamais vraiment joué aux jeux de hasard et d'argent avant de voir l’un de ses instavidéastes (streamers) de prédilection miser en direct sur Twitch, sur un site de casino en ligne. Près d’un an et demi plus tard, il tente de se relever de sa nouvelle dépendance qui lui a déjà fait perdre quelque 80 000 $.

Cet instavidéaste, c’est Félix xQc Lengyel, un jeune lavallois qui partage son temps entre le Québec et le Texas, aux États-Unis. Sa chaîne Twitch est suivie par plus de 11 millions de personnes, ce qui fait de lui l’une des personnalités les plus populaires de la plateforme.

Je regarde xQc jouer à des jeux vidéo de toutes sortes depuis 2019. Je le trouvais déjà intéressant à ce moment, et j’allais voir sa chaîne presque tous les jours, raconte Enneric Chabot, qui travaille en comptabilité dans le réseau de la santé.

En mai 2021, Félix Lengyel, aussi ex-joueur professionnel du jeu de tirs Overwatch, a délaissé les jeux vidéo et s’est mis à diffuser en direct sur Twitch ses séances de jeux de hasard et d’argent sur Stake.com, une plateforme privée de casino en ligne et de paris sportifs utilisant la cryptomonnaie.

Dans son chat, les gens discutaient et partageaient le code de référence de xQc pour ouvrir un compte avec un boni sur Stake.com. [...] C’était quelque chose comme 25 $ en cadeau, mentionne Enneric Chabot.

Il n’en a pas fallu plus pour encourager le vingtenaire à ouvrir son propre compte sur Stake.com.

« Au départ, c'étaient de petits montants, et je ne jouais que lorsque je voyais un autre streamer jouer. Ça me donnait le goût. »

— Une citation de  Enneric Chabot

Ce qui ne m’a pas aidé, c’est que j’ai été très chanceux au début. La première semaine, j’ai fait un profit de 5000 ou 6000 $. C’était de l’argent facile, et même si j’étais conscient que j’avais été chanceux, je me disais que ça allait arriver encore et encore, ajoute-t-il.

Enneric Chabot, qui a un compte sur Twitch depuis 2013, a ainsi été pris dans l'engrenage de la dépendance au jeu, et comme il jouait dans un casino en ligne ayant recours aux cryptomonnaies, son portefeuille a pris un dur coup lors de la chute draconienne de la valeur du bitcoin ces derniers mois.

En voulant se refaire une santé financière, il a continué à miser des montants de plus en plus importants, et perdre également des sommes plus impressionnantes.

« Le plus haut montant que j’ai perdu en un mois, c’est 50 000 $ américains [68 500 dollars canadiens]. »

— Une citation de  Enneric Chabot

Il a dû emprunter 40 000 $ à la banque, notamment avec une marge de crédit, pour continuer à jouer. En tout, il estime que sa dépendance au jeu lui a coûté 80 000 $. L'homme a en plus dû faire faillite.

J’ai essayé d’obtenir de l’aide, mais quand tu vois tout le temps les streamers que tu écoutes le plus [miser de l’argent en ligne], ça te donne le goût de faire pareil, souligne-t-il.

Un problème plus important

L’instavidéaste xQc – qui a déjà admis sa dépendance au jeu à ses fans – est loin d’être le seul à miser de l’argent sur ce genre de site en direct sur Twitch.

Fin mai, le rappeur torontois Drake s’est mis de la partie, attirant des dizaines de milliers d’internautes à l'occasion d’une diffusion organisée en partenariat avec Stake.com. Pendant la séance, Drake a misé des dizaines de millions de dollars en direct sur sa chaîne Twitch, baptisée @StakeDrake pour l’occasion, et qui comptait à ce moment-là 84 000 personnes abonnées (la chaîne en comptait 141 000 fin septembre). Le compte de l'artiste (Nouvelle fenêtre) a depuis dépublié les vidéos dans lesquelles on le voyait jouer à la roulette.

Sur le site Twitchtracker.com (Nouvelle fenêtre), qui analyse les données de la plateforme de diffusion, on ne peut que constater l’ampleur du phénomène : les diffusions de la catégorie Slots enregistrent des sommets de popularité. En mai par exemple, cette catégorie figurait en huitième position des plus regardées sur Twitch. En avril, elle cumulait 38,3 millions d’heures de visionnage.

Ces données n’incluent pas les diffusions sous un autre thème. xQc, par exemple, choisit souvent la catégorie Just Chatting (discussions) pour ses directs, qui durent parfois une dizaine d’heures. Dans ses séances en ligne, il joue à une poignée de jeux vidéo différents, et passe parfois au site Stake.com pour jouer à la roulette, par exemple.

Les personnes mineures ont par ailleurs facilement accès à ce type de vidéos. Si certaines diffusions précisent que le contenu s’adresse à un public de 18 ans et plus (l’âge est à confirmer à l’aide d’un simple bouton), n’importe qui, avec ou sans compte Twitch, peut consulter ces contenus. En 2019, 41 % des utilisateurs et utilisatrices de Twitch étaient des personnes âgées de 16 à 24 ans, selon le site d’analyse Statista.

Que fait Twitch?

La plateforme de diffusion détenue par Amazon est bien au fait de cette tendance pour les jeux de hasard et d’argent sur son site. Elle a même réagi une première fois en août 2021 en interdisant le partage d’URL et de codes de références pour ces casinos en ligne.

Pour prévenir les préjudices et les escroqueries créés par des services de jeux d'argent douteux qui commanditent du contenu sur Twitch, nous interdirons le partage de liens et/ou de codes de référence vers des sites qui proposent des machines à sous, des roulettes ou des jeux de dés, avait indiqué Twitch dans un communiqué.

Des voix s’élèvent depuis plusieurs mois pour que Twitch interdise entièrement ce type de contenus de sa plateforme. Récemment, sur Twitter, le mot-dièse #TwitchStopGambling est devenu viral. Enneric Chabot y a d’ailleurs participé en publiant un gazouillis racontant brièvement son histoire.

Victoire : le site a annoncé le 20 septembre qu'il bannirait à compter du 18 octobre les jeux de hasard et d’argent montrant des machines à sous, des roulettes ou des jeux de dés, à moins qu’ils proviennent de sites agréés aux États-Unis ou dans d’autres juridictions offrant une protection suffisante aux consommateurs et consommatrices.

Les jeux en provenance des sites Stake.com, Rollbit.com, Duelbits.com et Roobet.com sont explicitement proscrits, selon ces nouvelles règles. Celles-ci épargnent toutefois les paris sportifs, les sports fictifs et le poker.

« Je suis super content que la pression sur Twitch ait fonctionné. [...] Même s'il reste encore certains éléments de gambling qui ne sont pas encore bannis, c'est un pas dans la bonne direction et une victoire pour tous. »

— Une citation de  Enneric Chabot

Approchés par Radio-Canada, la plateforme Twitch, l’instavidéaste xQc et la maison de disques de Drake, Republic Records, n’ont pas donné suite à des demandes d’entrevue et de commentaires.

La plateforme Stake a pour sa part indiqué qu'elle faisait de gros efforts pour s'assurer que les campagnes ne ciblent pas les personnes mineures.

Stake.com recueille des informations sur les joueurs et joueuses, notamment leur date de naissance, avant que les utilisateurs et utilisatrices ne puissent effectuer des dépôts. Elle procède aussi à des vérifications supplémentaires à différents moments afin de garantir la conformité et de protéger les personnes mineures, a répondu par courriel un porte-parole de l’entreprise, établie à Curaçao, dans les Caraïbes.

De son côté, Enneric Chabot se relève tranquillement de sa faillite. Il a pris des ententes de paiement avec la banque et est allé chercher du soutien. Il évite comme il le peut la plateforme Twitch, un effort qu’il qualifie de difficile, lui qui y est inscrit depuis près de 10 ans maintenant.

Bien qu’on n'en connaisse pas encore tous les détails, la nouvelle politique de Twitch annonce des jours meilleurs pour Enneric Chabot, qui aimerait que les instavidéastes concentrent davantage leur énergie à sensibiliser la population aux problèmes de jeu plutôt qu’à les promouvoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !