•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois nouveaux corridors pour le vélo à Québec d’ici 2027

Des cyclistes roulent sur la rue Saint-Denis à Montréal.

La Ville de Québec veut créer des corridors cyclables sécurisés comme il en existe à Montréal, notamment sur la rue Saint-Denis.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Ville de Québec a présenté sa Vision de la mobilité active 2023-2027 dont la pierre angulaire sera trois corridors entièrement destinés aux déplacements à vélo. À partir de 2024, l’administration Marchand veut en construire un par année en commençant dans Charlesbourg. Suivront les secteurs Lebourgneuf et Beauport.

Partout dans le monde où on a mis ça en place, l'utilisation du vélo augmente parce que les gens se sentent en sécurité. Ils sont confortables et peuvent utiliser le vélo, avance Bruno Marchand au sujet des corridors baptisés Vélo cité.

Le maire de Québec s’attend néanmoins à une certaine opposition des résidents des secteurs touchés, surtout s’il faut retirer de l’espace aux voitures. Ce scénario est encore incertain puisque l’endroit précis où les corridors seront aménagés n’a pas encore été déterminé. Il pourrait y avoir de la construction. Il pourrait y avoir l'utilisation des emprises d'Hydro-Québec ou, comme sur Pierre Bertrand, un terre-plein entre deux voies. Tout est sur la table, assure le maire.

Bruno Marchand, maire de Québec

Bruno Marchand, maire de Québec

Photo : Radio-Canada

« Peut-être qu'il faudra faire de l'espace, mais peut-être que l'espace existe déjà. Laissez-nous le temps de soigner l'analyse et de la préciser. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire de Québec

Dans l’éventualité où il faudrait retirer des voies de circulation ou des stationnements pour faire de la place pour les cyclistes, Bruno Marchand est convaincu que l’opposition sera de courte durée. Il cite en exemple la rue Saint-Denis à Montréal, où la construction du Réseau express vélo a suscité le mécontentement de nombreux commerçants.

Il n'y a plus personne sur Saint-Denis qui reviendrait en arrière. C'est ça qui est fascinant. Les gens avaient des craintes, ils les ont exprimées très fortement et il faut les entendre ces craintes-là. [...] Mais quand on regarde, l'effet est extraordinaire, analyse le maire.

Les quartiers de Charlesbourg, Lebourgneuf et Beauport ont été sélectionnés pour l’aménagement des premiers corridors cyclables sécurisés sur la base de l’Enquête origine-destination réalisée par le ministère des Transports du Québec en 2017. Les données récoltées dans cette étude démontrent que ces trois secteurs présentent le plus grand potentiel de croissance pour le déplacement à vélo.

La Ville de Québec analyse d'ailleurs que le potentiel en matière de déplacement actif reste largement sous-exploité alors qu’à peine 58 % des déplacements de moins de 1 km sont faits à pied ou à vélo. Lorsque la distance passe de 1 à 5 km, c’est moins de 10 % des gens qui se déplacent sans leur voiture.

95 M$ sur 4 ans

En incluant les corridors Vélo cité, la Ville de Québec souhaite ajouter un total de 100 km d’aménagement pour le vélo et la marche d’ici 2027 pour un total de 500 km de réseau sur le territoire.

Dans la Vision de la mobilité active 2023-2027, il est aussi question de remettre en état 50 km de piste cyclable existante, d’ajouter 65 km de réseau praticable pendant l’hiver, de créer des aménagements pour favoriser les transferts modaux et d’améliorer l’éclairage sur les tronçons les plus fréquentés.

L’administration Marchand compte sur un budget de 95 millions de dollars pour y arriver, dont 50 millions proviendraient du gouvernement provincial. Il s’agit d’ailleurs d’une des demandes du maire dans le cadre de la campagne électorale.

Selon Bruno Marchand, favoriser les déplacements actifs est l’une des meilleures choses qu’une ville peut faire en matière de santé publique. On a plus de chance d'avoir une population en santé et d'augmenter l'espérance de vie. […] Le gouvernement va être fortement invité à collaborer. Je pense que la tendance actuellement va tellement être forte que le gouvernement ne pourra pas refuser, avance le maire de Québec.

Si la Ville obtient le financement désiré, les investissements en mobilité active passeraient à 36 $ par habitant à partir de 2024, soit le double des investissements de cette année. La Vision de la mobilité active 2023-2027 est en développement depuis plus de deux ans. Une dernière ronde de consultations en ligne se poursuit jusqu’au 25 octobre.

Avec la collaboration de Louise Boisvert et d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !