•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de personnel soignant : 532 postes vacants dans les hôpitaux de l’Outaouais

Une infirmière en train de manipuler de l'équipement.

Les besoins restent criants en Outaouais alors que 532 postes de personnel en soins sont vacants dans les hôpitaux de la région.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Le nombre d’infirmières a beau augmenter chaque année en Outaouais, les besoins restent criants : 532 postes de personnel en soins sont vacants dans les hôpitaux de la région.

Six infirmières cliniciennes, 26 cheffes d’équipe, 322 infirmières : cette catégorie de professionnelles représente la majorité des besoins actuels, même s’il manque aussi de préposés aux bénéficiaires et d’inhalothérapeutes, selon des chiffres du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais datés du 13 août 2022.

Postes vacants dans les hôpitaux en Outaouais

Titre d'emploi

Quantité

Infirmier(e) clinicien(ne)

6

Infirmier(e) clinicien assistant infirmier(e)-chef

2

Conseiller(e) en soins infirmiers

6

Inhalothérapeute

17

Infirmier(e) chef d'équipe

26

Infirmier(e)

322

Assistant(e) du supérieur immédiat

19

Infirmier(e) auxiliaire

63

Prépose(e) aux bénéficiaires

71

Total

532

S’il est difficile de chiffrer l’évolution des besoins depuis la dernière élection en 2018, le CISSS et le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO) s’entendent sur un point: la pénurie de personnel en soins s’est aggravée.

Effectivement, la situation empire, au CISSS comme partout. [...] Pour la majorité de nos emplois, je vous dirais, on est en recherche active, soulève la directrice adjointe à la gestion intégrée de la main-d'œuvre au CISSS de l'Outaouais, Leslie-Anne Barber.

Sur le terrain, le représentant pour le SPSO, Louis Carpentier, observe de nombreux départs. Il y a plein de gens qui quittent. À tous les jours, on reçoit des gens qui démissionnent, commente-t-il.

La mise en place de primes de 18 000 $ pour les infirmières à temps complet a contribué à ralentir la tendance, note M. Carpentier. Idem pour le lancement de la plateforme Je contribue, ajoute Mme Barber. Cette initiative qui visait à faciliter la campagne de vaccination contre la COVID-19 a débouché sur 826 embauches dans différents métiers.

Malgré tout, la situation reste précaire dans plusieurs départements, notamment dans celui de cardiologie à l’Hôpital de Hull, remarque Louis Carpentier. Sans noter des ruptures de service en radio-oncologie à Gatineau et en obstétrique à Shawville. Si la pénurie s’aggrave, là, il y aura des fermetures de département, encore plus que maintenant, redoute-t-il.

Lits fermés : à quand une réouverture ?

Une centaine de lits dans les hôpitaux de Hull et de Gatineau sont fermés depuis le temps des fêtes 2021.

En attendant que davantage de personnel soit recruté, les services touchés varient d’un jour à l’autre, selon les besoins et les effectifs, indique une porte-parole du CISSS, mais le nombre de lits reste sensiblement le même au fil des mois.

Parmi ces lits, il y a un étage de chirurgie de l’Hôpital de Gatineau et un étage de chirurgie de l’Hôpital de Hull qui ont été fermés cet été pour en redistribuer le personnel, détaille Louis Carpentier.

Cette pratique a déjà été employée à répétition l’été dans le passé, dit-il. Ça faisait très, très longtemps qu’ils ne le faisaient pas. Là, ils ont décidé de le refaire parce qu’on n'y arrivait vraiment pas, ajoute-t-il.

Le représentant syndical ne voit aucun signe de réouverture. À voir comment ça se produit, et avec le manque qu’il y a dans tous les départements, je me demande quand ce département-là va réussir à rouvrir, s’inquiète-t-il.

Le CISSS n’a indiqué aucune date pour cette réouverture.

De nouvelles stratégies de recrutement

La pénurie actuelle force le CISSS de l'Outaouais à se réinventer pour attirer des candidatures, illustre Leslie-Anne Barber.

Dans la dernière année, l’administration a fait des investissements pour augmenter la capacité du CISSS de l'Outaouais à aller dans la communauté, ajoute-t-elle. Une équipe d’une trentaine de personnes en acquisition des talents déploie des programmes qui visent la collectivité et les établissements d’enseignement, y compris un nouveau projet qui vise à inviter des élèves du secondaire à passer une journée avec un professionnel de la santé.

Mme Barber estime que l’un des grands défis reste toujours l’écart des salaires vis-à-vis de l’Ontario.

Mais dans le contexte actuel, où la pénurie de personnel touche le système de santé au Québec comme en Ontario, les jours où les gens venaient vers nous sans qu’on ait à déployer des efforts, c’est un temps révolu, résume la gestionnaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !