•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas de réglementation pour les sacs en plastique à usage unique à Trois-Rivières

Des sacs d'emplettes en plastique.

Les sacs en plastique à usage unique sont désormais interdits à Montréal.

Photo : getty images/istockphoto / patpitchaya

Radio-Canada

Les sacs en plastique à usage unique sont interdits à Montréal depuis mardi alors qu'à Trois-Rivières, ils peuvent toujours être vendus et distribués librement.

L’administration municipale trifluvienne tente pourtant d’encadrer leur utilisation depuis plusieurs années. L’annonce d’une nouvelle réglementation fédérale a toutefois changé la donne, affirme la Ville de Trois-Rivières.

Le gouvernement fédéral a fait savoir en juin dernier qu'il prévoit bannir l’utilisation de six produits de plastique à usage unique à partir de décembre 2023.

Trois-Rivières préfère attendre de connaître le cadre réglementaire d’Ottawa avant d’élaborer le sien, explique son responsable des relations publiques et porte-parole, Mikaël Morrissette. On ne l’écarte pas au complet en le mettant sur la glace, mais on sait qu’on doit se coller sur une éventuelle mise en application d’un autre règlement qui va venir, a-t-il expliqué.

« À Trois-Rivières, il y a clairement une volonté de venir encadrer l’utilisation des plastiques à usage unique. »

— Une citation de  Mikaël Morrissette, responsable des relations publiques et porte-parole de la Ville de Trois-Rivières

En 2020, les fonctionnaires de la Ville de Trois-Rivières ont recommandé aux élus de bannir divers types de sacs d’emplettes et d’imposer un système de redevance sur les produits de remplacement tels que les sacs en papier.

En 2021, un sondage commandé par la Ville de Trois-Rivières indiquait que 78 % des quelque 800 Trifluviens sondés étaient d’accord avec l’interdiction des sacs de plastique à usage unique.

Après avoir mené cette consultation, l’écriture d’un projet de règlement a débuté en 2022. On voulait avoir une réglementation qui [tenait compte] des préoccupations de la population et des commerçants, affirme M. Morrissette.

Avec les informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !