•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Albertaine de retour de Londres, où elle a campé 5 nuits pour dire adieu à la reine

Bernadette Christie campe à Londres à l'occasion des funérailles de la reine Élisabeth II.

Très attachée à la Couronne, la résidente de Grande Prairie ne voulait rien rater des adieux à la reine Élisabeth II, elle a donc campé dans une rue près du palais de Buckingham pendant cinq nuits.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Bernadette Christie, une résidente de Grande Prairie, dans le nord-ouest de l'Alberta, a passé cinq nuits sur un trottoir à Londres pour rendre un dernier hommage à la reine Élisabeth II, dont elle est une admiratrice inconditionnelle.

Quelques minutes après avoir appris le décès de la souveraine britannique, survenu le 8 septembre, Bernadette Christie a réservé à la hâte un billet d'avion pour Londres, afin d'assister aux funérailles.

Tous les autres voyages [à Londres] étaient pour des occasions joyeuses, notamment lors de mariages et de jubilés, a témoigné la femme de 68 ans, dont le dernier déplacement dans la capitale anglaise avait eu lieu en juin, à l’occasion du jubilé de platine de la défunte reine.

Née en Angleterre, Bernadette Christie et sa famille ont déménagé au Canada en 1957, alors qu'elle n’avait que trois ans. C’est en 1959 qu’elle voit la reine pour la première fois, lorsque sa mère l’amène à un défilé organisé en l’honneur de la souveraine lors de l'étape albertaine de sa tournée au Canada.

C'est à partir de ce jour-là que Bernadette Christie a réalisé l’importance de ce que représentait la reine Élisabeth II, dit-elle. Au point que, quatre jours après l'annonce de son décès, elle était déjà à Londres pour ne rien rater de la cérémonie d’adieu des Britanniques à celle qui aura régné pendant sept décennies.

Pour l'occasion, Bernadette Christie a installé un campement aux couleurs du Canada dans une rue située à quelques encablures du palais de Buckingham, pour s'assurer d'avoir un bon point de vue le jour des funérailles.

Si vous n'êtes pas au premier rang, cela ne sert à rien d'y aller, explique-t-elle à propos de l’emplacement de son installation de fortune, où elle a passé cinq nuits.

Un club d’inconditionnels de la reine

Bien qu'elle se soit rendue seule à Londres, Mme Christie a rapidement retrouvé son petit club de gens qui, comme elle, sont des inconditionnels de Sa Majesté la reine Élisabeth II. Il s’agit d’un groupe d’une demi-douzaine de femmes qu'elle avait rencontrées quelques mois plus tôt, à l’occasion du jubilé de platine de la reine.

Elles n'étaient autorisées à installer leurs tentes qu'entre 23 h et 7 h. De ce fait, Bernadette Christie dit qu'elle ne dormait qu’entre deux et trois heures chaque nuit.

Bernadette Christie tenant une bannière de la célébration du jubilé d'or de la reine Élisabeth II en 2002.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bernadette Christie, qui tenait ici une bannière de la célébration du jubilé d'or de la reine Élisabeth II en 2002, prévoit de se rendre à Londres l'été prochain pour assister au couronnement du roi Charles III.

Photo : Radio-Canada / Luke Ettinger

Au cours de la période précédant les funérailles de la reine, elle s'est rendue le 19 septembre à Westminster Hall pour voir passer le cercueil. Un moment d'émotions, pendant lequel elle dit avoir beaucoup pleuré.

Pour sa dernière nuit dans la capitale anglaise, la sexagénaire s'est fait plaisir en louant une chambre d'hôtel avec un lit confortable. Son séjour d’une semaine là-bas lui a coûté, selon elle, moins de 300 $.

Elle prévoit de camper à nouveau l'été prochain, cette fois à l'occasion du couronnement du roi Charles III. Ce sera probablement, croit-elle, son dernier voyage à Londres en lien avec la famille royale.

Avec les informations de Luke Ettinger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !