•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 100e marathon à 76 ans

Il pose devant une affiche du marathon de Québec.

Reportage de Jean-Philippe Martin sur le marathon Beneva de Québec, où courra le septuagénaire Gilles Lacasse.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Depuis le premier marathon Québec-Lévis en 1998, Gilles Lacasse n’a jamais manqué une occasion de courir 42,2 kilomètres dans sa propre ville. C’est donc tout désigné que ce soit à Québec, dimanche, que le septuagénaire coure le 100e marathon de sa vie.

J’ai couru mon premier marathon à 34 ans et, tout de suite, deux ans après, je courais sous les trois heures. Je me suis dit que j’avais de bonnes aptitudes, décrit l’homme aujourd’hui âgé de 76 ans.

Ces 42 dernières années, le vétérinaire de formation a couru plusieurs des plus grands rendez-vous amateurs de la planète, de Boston à Berlin, en passant par New York et Lyon. Mais rien ne lui plaît davantage que de courir à la maison.

Quand j’ai commencé, c’était le marathon de Montréal. Je le faisais tous les automnes. Quand le marathon de Québec est arrivé, je me suis dit : "c’est le mien, je suis chez moi".

Un marathon à la fois

À quelques jours de prendre le départ de son 100e marathon à la place Jean-Béliveau, Gilles Lacasse a été invité par l’organisation du circuit Je Cours Qc, mardi, pour raconter son histoire aux médias.

Des coureurs participent au marathon en 2019.

Des coureurs lors du marathon de Québec, en 2019,

Photo : Courtoisie Gestev/Michèle Grenier Photo

Pensait-il, il y a 40 ans, qu’il atteindrait un jour la centaine de marathons courus?

Jamais, mais il ne faut penser à ça au début. C’est comme quand tu prends le départ d’un marathon. Si tu penses à l’arrivée, ça va être intimidant : 42 kilomètres, on fait ça en auto et on trouve ça long. Il faut que tu savoures le fait que tu es capable de le faire, décrit le résident de Cap-Santé, dans Portneuf.

Comme chaque année depuis 1998, c’est donc tout sourire qu'il s’élancera dimanche sur le nouveau parcours du marathon de Québec. Une course qu’il attendait impatiemment après deux ans de pause forcée par la pandémie. Deux ans sans marathon, ça ne m'était jamais arrivé depuis que j’ai 34 ans, lance celui qui ne se voit pas arrêter de courir de si tôt.

Ce n’est pas le dernier marathon. J’ai toujours autant de plaisir.

Un nouveau parcours à découvrir

Un enthousiasme partagé par la productrice déléguée chez Gestev, Marianne Pelchat, à quelques jours du premier marathon Beneva de Québec depuis 2019. On ne peut pas être plus heureux d’être de retour après deux ans d’absence, assure-t-elle.

Une coureuse passe devant l'objectif de la caméra pointé sur le Château Frontenac.

Le nouveau tracé du marathon de Québec ne lui enlèvera pas son aspect «carte postale», assure la productrice déléguée Marianne Pelchat.

Photo : Courtoisie Gestev/Michèle Grenier Photo

Avec près de 8000 coureurs inscrits aux courses allant de 2 à 42 kilomètres, le taux de participation s'apparente au niveau prépandémie. Et après un appel à tous lancé la semaine dernière, l’organisation a trouvé les bénévoles nécessaires au bon déroulement de la compétition.

Ne reste plus qu’aux participants à découvrir le nouveau tracé du marathon, redessiné en raison des nombreux chantiers en cours et à venir au centre-ville.

Le parcours demeure très carte postale, assure Marianne Pelchat au sujet de la course qui débutera et se terminera devant le Centre Vidéotron, à la place Jean-Béliveau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !