•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taux de participation : Anglade ne veut « pas vivre ce qu’il s’est passé en Ontario »

Dominique Anglade lors d'un point de presse.

Les sondages ne semblent pas traduire le sentiment des Québécois que Dominique Anglade rencontre sur le terrain, selon la cheffe libérale. « Rien n'est joué avant le 3 octobre prochain », répète-t-elle.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Pour éviter que le scénario d'un faible taux de participation, comme l'a connu l'Ontario en juin dernier, se répète au Québec, Dominique Anglade a appelé les électeurs à investir les urnes le 3 octobre prochain.

On ne veut pas vivre ce qu’il s’est passé en Ontario : c'est ce qu'a répété la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ) mardi, en pleine tournée médiatique pour faire bouger l'aiguille d'ici le scrutin.

Mme Anglade évoquait ainsi le taux de participation que la province voisine a observé aux dernières élections, en juin. Le gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford s'est vu accorder un deuxième mandat majoritaire dans un scrutin qui est passé à l'histoire pour sa plus basse participation, à savoir 43 % des électeurs.

Ce serait un résultat vraiment mauvais pour le Québec, a déclaré Mme Anglade, au lendemain de la dernière journée du vote par anticipation avant le 3 octobre.

Environ 1,4 million d'électeurs se sont prévalus de leur droit de vote les 25 et 26 septembre, soit 22,92 % des Québécois. Au dernier scrutin provincial, en 2018, 17,93 % de la population avait inscrit son vote par anticipation.

Bien qu'encourageantes, ces données ne permettent toutefois pas d'établir une corrélation entre le taux du vote par anticipation et le taux de participation final, a précisé Élections Québec. Autrement dit, il faudra attendre le lendemain du vote pour savoir si la province aura fait mieux que les 66,45 % enregistrés en 2018.

Cette année-là, le Québec avait connu son plus bas taux de participation depuis 2012.

J'appelle les gens à aller voter, à aller exprimer leurs voix. C'est ce qui va être le plus important, a insisté la cheffe libérale en mêlée de presse.

Parmi les 27 circonscriptions détenues par le Parti libéral au moment de la dissolution de l'Assemblée nationale, toutes étaient à la traîne dans le vote par anticipation. Seuls les comtés de Vimont (24,63 %) et de Verdun (24,63 %) ont enregistré un taux supérieur à la moyenne.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Dans le dernier droit de la campagne, Dominique Anglade tente de « rassembler » le plus de Québécois pour faire front commun face à la réélection de la Coalition avenir Québec. Une majorité des électeurs ne veulent pas avoir François Legault comme premier ministre, a-t-elle soutenu.

La cheffe libérale a de nouveau évoqué les données du sondage Léger selon lequel 62 % des Québécois ne voteraient pas pour la CAQ. En prenant connaissance de ces résultats, la semaine dernière, Mme Anglade avait mis en cause « la division du vote », responsable selon elle de la considérable avancée de son rival caquiste.

Évitant de se prononcer sur les sondages qui laissent présager une chaude lutte pour le titre d'opposition officielle – que Québec solidaire, le Parti québécois et le Parti conservateur du Québec pourraient lui ravir –, Mme Anglade a estimé lundi que sa formation pouvait encore « surprendre ».

Les projections de vote ne semblent pas traduire le sentiment des Québécois rencontrés sur le terrain, plus prompts à voter libéral qu'il n'y paraît, selon Dominique Anglade. Rien n'est joué avant le 3 octobre prochain , a-t-elle réitéré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !