•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des robots pour faire le service Chez Louis poulet et pizza

Deux dames accompagnées d'un robot de service.

Mélissa Bélanger, caissière, et Marie-Pier Durepos, directrice générale des opérations au restaurant Chez Louis poulet et pizza, en compagnie d'un des robots serveurs.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Dumas

Radio-Canada

Devant la pénurie de main-d'œuvre et la surcharge de travail régulièrement subie par leurs travailleurs, les propriétaires du restaurant Chez Louis poulet et pizza de Drummondville viennent de se doter d'une escouade de robots serveurs.

Cette semaine, les robots effectuent leurs premiers quarts de travail dans les succursales de la région.

La directrice des activités de l'entreprise, Marie-Pierre Durepos, estime que cette nouvelle acquisition apportera de nombreux avantages. Par ailleurs, un certain engouement pour les robots se fait déjà sentir.

Le robot va venir appuyer nos employés. Autrement dit, les employés vont avoir un sentiment d'accomplissement à la fin de leurs quarts de travail, alors qu'auparavant, ils étaient surmenés avec trop de tâches à faire en raison de l'achalandage, explique-t-elle.

L'extérieur du restaurant.

Cette semaine, les robots effectuent leurs premiers quarts de travail dans les succursales de la région.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Dumas

En plus de faire le service, ces appareils pourront présenter le menu ou accueillir les clients à l’entrée.

Certains clients sont subjugués par le service des robots, selon la caissière en poste, Mélissa Bélanger.

Les clients sont beaucoup moins impatients. Parfois, les clients, quand j'ai terminé de prendre la commande, me demandent même si le robot peut aller les servir, raconte-t-elle.

L'entreprise sherbrookoise derrière ces robots attend maintenant avec impatience de voir quel accueil ils recevront dans les prochaines semaines.

On commence ça, on fait un projet pilote. On verra. Si la réponse est bonne des restaurateurs et des clients, on pourra aller à plus grande échelle par après, remarque Métek Demers, le président de l'entreprise Robots Foodrix.

Même s'il espère toujours attirer de véritables employés, le propriétaire de Chez Louis poulet et pizza, Éric Durepos, voit quant à lui une véritable délivrance dans ces robots. Tout le monde est épuisé dans l'industrie de la restauration. Nous, on pense que le petit robot livreur, il nous donne un beau petit coup de main, s'exclame-t-il.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !