•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le comté de Pictou et les alentours constatent les lourds dommages causés par Fiona

Balayée par la mer, la route est complètement démolie.

Fiona a fait tout un gâchis sur la route vers Big Island, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Gracieuseté : Lynn Arsenault

Radio-Canada

Les derniers jours ont été très éprouvants pour bien des gens dans le comté de Pictou et dans le nord-est continental de la Nouvelle-Écosse.

Fiona a fait beaucoup de dégâts dans la région. Des arbres sont tombés sur des structures et des maisons ont été très abîmées par le vent.

« L’ouragan nous a dévastés, c‘est incroyable! »

— Une citation de  Juliana Barnard, conseillère à la Ville de Truro

Truro est connue pour ses beaux arbres et beaucoup de ces grands arbres sont tombés sur les fils électriques, sur les maisons et dans les rues, dit Juliana Barnard, conseillère à la Ville de Truro. Il faut faire demi-tour à plusieurs reprises parce que les rues sont barrées.

Une dizaine d'arbres tombés au parc Victoria.

L'escalier de l'échelle de Jacob, au parc Victoria de Truro, a été lourdement endommagé par les nombreux arbres déracinés.

Photo : Facebook/Charles Thompson

Elle raconte que l’école francophone de Truro n’est pas accessible à cause des arbres tombés et que le parc Victoria, très aimé des résidents et des touristes, a été lourdement endommagé.

Là aussi, beaucoup d'arbres sont tombés, dit la conseillère. Les gens aiment beaucoup les arbres ici et ils sont très tristes.

Elle explique que la Ville a ouvert un centre pour accueillir les sinistrés et pour leur permettre de prendre une douche et de recharger leurs appareils électroniques.

Beaucoup de gens qui viennent faire du bénévolat n'ont pas non plus d’électricité chez eux, mais ils viennent quand même aider les autres, c’est vraiment beau, ça, dit-elle.

La conseillère Juliana Barnard félicite les bénévoles.

La conseillère Juliana Barnard pose devant une équipe de bénévoles au centre de réconfort du poste de pompiers de Truro.

Photo : Facebook/Juliana Barnard

Les pannes persistent à Truro et dans les villes voisines, mais Juliana Barnard constate que des équipes venues de l’extérieur de la région sont arrivées lundi pour aider à réparer le réseau électrique.

J’espère que ça aller un peu plus vite, dit-elle.

Certains résidents de New Glasgow se sentent oubliés

Plus à l’est, dans la ville de New Glasgow, Dallas Greene possède une entreprise de toitures et a besoin d'essence pour circuler et pour aider à réparer les toits de la région. Mais l'essence n'est pas facile à trouver par endroits.

« Il y a quelques stations-service qui sont fermées, et si elles sont ouvertes, il y a des files d'attente folles! »

— Une citation de  Dallas Greene, entrepreneur

À New Glasgow aussi, les lignes électriques, les fils de communications et les lampadaires jonchent les trottoirs. Certains habitants se sentent oubliés.

Des gens font la file à pied et en voiture.

Dans cette station d'essence de Membertou, comme dans plusieurs autres communautés du nord-est de la Nouvelle-Écosse, les sinistrés en quête de carburant doivent être patients.

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Cal Talbot est un aîné qui vit seul sans électricité. Il est inscrit à un programme de méthadone et craint que le courant ne revienne pas à temps pour recevoir sa prochaine dose.

J'imagine que je devrai probablement aller à l'hôpital parce que je vais entrer en sevrage, dit-il.

J'essaie de garder une attitude positive, mais j'ai l'impression que nous sommes en quelque sorte laissés pour compte.

Des câbles et des infrastructures du réseau électrique sont tombés par terre.

Les destructions causées par Fiona ont laissé une grande partie de New Glasgow sans électricité.

Photo : Radio-Canada / Robert Short

Il a entendu dire que le courant devrait être rétabli d'ici jeudi, mais il espère que ce sera plus tôt.

C'est vraiment dur pour le moral quand vous êtes une personne âgée qui vit seule dans le noir et que personne ne vient vous rendre visite ou vous parler, dit-il.

Chaussée endommagée

Toujours dans le comté de Pictou, Fiona a aussi endommagé la chaussée qui relie la péninsule de Big Island au continent.

Les dégâts ont rendu la chaussée impraticable. La vingtaine de résidents a été forcée d'utiliser des VTT et des bateaux pour aller chercher du carburant et de la nourriture.

Assis dans son tracteur, un homme veille au nettoyage.

Bryan Williams dit que l'ouragan Fiona est la pire tempête qu'il ait vue dans le comté de Pictou. Il passe 12 heures par jour à déblayer des débris.

Photo : Radio-Canada / Robert Short

Bryan Williams a été embauché pour dégager les décombres sur cette route.

Il dit qu’il n’a jamais rien vu comme les destructions laissées par Fiona dans le compté de Pictou et il raconte à quel point il n'a pas été facile à trouver.

Nous n'avons pas d'Internet, pas de téléphone et pas d'électricité dans cette zone, dit-il. C'est difficile de faire des affaires.

Un employé du ministère des Transports a dû trouver sa résidence et frapper à sa porte pour lui demander ses services.

Avec les informations de l'émission Le Réveil de la N.-É. et de T.-N.-L. ainsi que d'Angela McIvor, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !