•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de croisiéristes à Sept-Îles et Baie-Comeau en raison de Fiona

Le Caribbean Princess dans le port de Sept-Îles.

Le Caribbean Princess a bifurqué vers Sept-Îles en raison de l'impact de la tempête post-tropicale Fiona.

Photo : Radio-Canada / Charles-Étienne Drouin

Radio-Canada

Plusieurs bateaux de croisière ont bifurqué vers les ports de Sept-Îles et de Baie-Comeau en raison de l'impact de l’ouragan Fiona.

C’est ni plus ni moins environ 7000 personnes qui vont débarquer dans la prochaine semaine pour découvrir Sept-Îles et venir voir ce que Sept-Îles a à offrir à un croisiériste qui arrive de Paris, de Londres, de l’Allemagne… De partout dans le monde , explique Suzanne Cassista, cheffe d'escale à Destination Sept-Îles Nakauinanu.

Ce sont les dommages causés par Fiona dans les endroits où ils devaient initialement accoster qui ont forcé les équipages à se repositionner et reconstruire des itinéraires, ajoute-t-elle.

La ville de Baie-Comeau doit quant à elle accueillir deux navires de croisière de plus cette semaine. Mercredi, le Seabourn Quest et le MS Zaandam s'ajoutent au quai de Baie-Comeau.

Comme Sept-Îles est déjà dans le circuit de certaines croisières, le port de la ville a reçu des demandes pour savoir s’il était en mesure d’en accueillir davantage, explique Suzanne Cassista.

Suzanne Cassista sourit devant le Caribbean Princess.

Suzanne Cassista, cheffe d'escale pour Destination Sept-Îles Nakauinanu.

Photo : Radio-Canada / Charles-Étienne Drouin

Le premier bateau à jeter l'ancre est le Carribean Princess, aujourd’hui. C’est le bateau avec la plus importante capacité de passagers parmi tous ceux qui seront de passage. Au total, 3000 passagers, excluant les membres de l'équipage, peuvent y prendre place. Deux autres bateaux sont attendus mercredi et jeudi.

Services réduits

À Baie-Comeau, le président-directeur général de Croisières Baie-Comeau, Mathieu Pineault, souligne que les ajouts non planifiés risquent d’engendrer moins de services pour les croisiéristes.

« Demain, il y a simplement deux autobus pour l’instant qui sont mobilisés. »

— Une citation de  Mathieu Pineault, président-directeur général de Croisières Baie-Comeau

Ça veut dire qu’on parle d’environ 80 personnes sur, par exemple, une possibilité de 1400. Il n’y a jamais 1400 personnes qui vont réserver une visite guidée. Mais au lieu de 80, je pourrais en avoir habituellement peut-être 300, explique-t-il. 

À Sept-Îles, Suzanne Cassista indique que bien que la ville soit prête à accueillir les croisiéristes, ces modifications d'itinéraire nécessitent des changements de dernière minute, notamment concernant la main-d'œuvre (guides et agents d’informations) et la location des transports.

« Ces gens-là sont toujours très surpris et très enthousiastes à l’idée de voir ces grands espaces-là, que nous on voit avec d’autres yeux, des yeux qui sont peut-être habitués de les voir. »

— Une citation de  Suzanne Cassista, cheffe d'escale à Destination Sept-Îles Nakauinanu

Comme l’explique la cheffe d’escale, les visites organisées pour les groupes de touristes s’articulent principalement autour de la culture innue, la culture autochtone. On va leur faire découvrir nos grands espaces, on va les amener au musée, au vieux poste.

La Ville de Sept-Îles devait déjà accueillir deux navires dans la prochaine semaine. Avec ces trois bateaux supplémentaires, cela signifie qu’un total de cinq navires accosteront sur une période de six jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !