•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Introduction par effraction : Mathieu Doucet accusé de voies de fait et de séquestration

Le palais de justice de Sherbrooke.

Mathieu Doucet a comparu au palais de justice de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

Mathieu Doucet, cet homme qui est entré par effraction dans un domicile du secteur de Rock Forest, à Sherbrooke, lundi soir, a comparu mardi au palais de justice et fait face à sept chefs d'accusation.

Il est accusé de quatre chefs d'accusation de voies de fait, d'un chef d'accusation de voies de fait graves, d'un chef d'accusation de séquestration et d'un chef d'accusation d'entrée par effraction.

Il devra subir une évaluation psychiatrique afin d'établir s'il est apte à subir son procès.

Une entrée par effraction à l'heure du souper

Mathieu Doucet, 30 ans, est entré dans la demeure des victimes vers 17 h 30. Le suspect s’en serait pris physiquement à la mère et aux enfants se trouvant sur place, au deuxième étage. Un homme est alors intervenu pour défendre sa famille.

Une violente altercation est survenue. La femme a réussi à se libérer et à contacter la police. Elle a aussi avisé le suspect que les policiers se dirigeaient sur place, alors il a quitté les lieux rapidement. Les policiers ont aperçu l'individu à l'extérieur et ont procédé à son arrestation, explique la porte-parole du Service de police de Sherbrooke (SPS), Isabelle Gendron.

« Quand il y a des appels avec une violence de la sorte, des cris d'enfants, ça touche tout le temps tous les policiers dans le secteur. Il y a un déploiement qui se fait rapidement. »

— Une citation de  Isabelle Gendron, porte-parole du SPS

L'enquête va permettre de démontrer pourquoi il s'est rendu là, ce qui s'est passé, ajoute-t-elle. On se veut rassurants, c'est un événement isolé.

Selon le SPS, les victimes auraient subi des blessures mineures et un choc nerveux.

Mathieu Doucet n'était pas connu des policiers, soutient Isabelle Gendron. Le SPS soutient aussi qu'il n'y aurait aucun lien entre l'accusé et les victimes, mis à part le fait qu'ils vivent dans le même quartier.

Avec les informations de Jérôme Roy et Guylaine Charest

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !