•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fiona : les pêcheurs de homard de la zone 25 espèrent une prolongation de leur saison

Un bateau dont une partie est sur le quai.

Un bateau de pêche au homard est amarré au quai à Stanley Bridge à l'Île-du-Prince-Édouard le 25 septembre 2022, après le passage de la tempête Fiona.

Photo : La Presse canadienne / Brian McInnis

L’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM) espère que le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) prolonge de quelques jours la saison de pêche au homard dans le détroit de Northumberland, parce que les pêcheurs ont perdu des milliers de casiers durant la tempête Fiona.

La saison de pêche dans la zone 25, qui comprend les eaux entre le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse, devait commencer le 9 août, mais le départ a été reporté au 12 août à cause de conditions météorologiques défavorables. La saison doit se terminer le 12 octobre.

Il nous reste encore un peu plus de deux semaines de pêche. C’est possible qu’on va se rattraper. C’est possible aussi que le MPO nous accorde quelques jours de pêche de plus parce qu’on a perdu, juste avec Fiona, l’équivalent de trois jours de pêche. Sur l’année, on est peut-être rendus à six ou sept jours de pêche perdus. [...] Ça se peut qu’on ait entre quatre ou cinq jours d’extension. On ne le sait pas, explique Luc LeBlanc, conseiller aux pêches à l’UPM.

L’UPM compte en discuter avec le MPO au cours des prochains jours. On va déposer une demande officielle à cet égard-là, affirme M. LeBlanc.

Les Pêcheurs de homard du sud-est du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard de mesurer l'ampleur des dégâts laissés par Fiona.

Des milliers de casiers perdus

Fiona a déferlé sur la région de l’Atlantique en fin de semaine avec des vents violents, des pluies torrentielles et une onde de tempête. Ces conditions ont entraîné des pertes considérables pour les pêcheurs du détroit.

Ils ont beaucoup de difficultés à trouver les casiers. À peu près tout ce qui a été déposé du côté de l’Île-du-Prince-Édouard est carrément introuvable, du moins pour l’instant. C’est moins grave de ce côté-ci du détroit de Northumberland. Je dirais, si j’avais à estimer, qu’il y a au moins 50 % de pertes pour la flottille en général, indique Luc LeBlanc.

Luc LeBlanc.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Union des pêcheurs des Maritimes, selon son conseiller Luc LeBlanc, compte demander aux autorités fédérales une prolongation de la saison de pêche au homard dans la zone 25.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Les casiers sont attachés à des bouées et il est possible que les pêcheurs retrouvent bientôt certains de ceux qui ont été déplacés, parfois de quelques kilomètres, par la tempête, indique M. LeBlanc, et tout cela risque de prendre beaucoup de temps.

Il arrive aussi, dans le cas des casiers retrouvés, qu’ils soient enfouis dans le sable et que la corde se rompe quand les pêcheurs tentent de les remonter, précise Luc LeBlanc. Le casier reste alors au fond de la mer.

Quel avenir pour le stock de homard?

Les pêcheurs se préoccupent aussi de l’état du stock. Fiona a projeté un grand nombre de homards sur les plages du sud-est du Nouveau-Brunswick, indique M. LeBlanc.

En gros, ces temps-ci de l’année, le homard se retrouve plus sur la côte qu’au large. Puis, ces homards-là se seraient ramassés sur la plage. Donc, c’est possible qu’on va voir des débarquements à la baisse, peut-être même fortement à la baisse, craint Luc LeBlanc.

La zone 25 compte cette saison 477 permis de pêche au homard au Nouveau-Brunswick, 225 à l'Île-du-Prince-Édouard et 16 en Nouvelle-Écosse pour un total de 718 pêcheurs, selon le MPO.

Avec des renseignements d'Anne-Marie Parenteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !