•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des positions fermement défendues lors du débat régional de Radio-Canada

Robert Daigle, Jean-François Vachon, Émilise Lessard-Therrien, Jean-Maurice Matte, Pierre Dufour et Lise Millette regardent leur lutrin.

Le débat régional de Radio-Canada était animé par Lise Millette.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Renaud

Pierre Dufour et Émilise Lessard-Therrien ont dû défendre leur bilan respectif lors du débat régional organisé par Radio-Canada lundi soir, qui réunissait un représentant de chacun des cinq principaux partis politiques.

Le premier thème abordé a été celui des enjeux sociaux, tels que la pénurie de logements et la lutte contre la pauvreté. Après avoir présenté la position de chacun de leur parti, les candidats ont pu questionner ou critiquer l’adversaire de leur choix.

D'autres thèmes, soit l’environnement, l’économie et la santé, ont également été débattus suivant cette formule.

Émilise Lessard-Therrien regarde la caméra lors du débat.

Sollicitant un deuxième mandat, Émilise Lessard-Therrien a dû défendre son bilan des quatre dernières années.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Renaud

Le député et ministre sortant Pierre Dufour a envoyé la première flèche à Émilise Lessard-Therrien, députée sortante dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue, sur le plan de Québec solidaire (QS) en matière de logements.

Le parti s’était engagé en début de campagne à construire 1100 logements sociaux dans la région s’il est porté au pouvoir le 3 octobre prochain.

Où vous prenez les promoteurs, les investisseurs et les contracteurs dans la situation d’employabilité qu’on connaît présentement dans le milieu de la construction?, a demandé M. Dufour, rappelant les nombreux retards accumulés dans les projets de logements sociaux déjà amorcés.

On les prend à la même place que vous les avez pris pour la construction de vos maisons des aînés, lui a rétorqué la candidate solidaire.

Jean-Maurice Matte près du micro de Radio-Canada lors du débat.

Le candidat libéral dans Abitibi-Est, Jean-Maurice Matte, s’est livré à quelques échanges musclés.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Renaud

Émilise Lessard-Therrien a également été écorchée par le candidat libéral dans Abitibi-Est, Jean-Maurice Matte, sur les engagements environnementaux de QS, notamment celui de taxer davantage les véhicules à essence dont les émissions polluantes sont jugées trop importantes.

Cette proposition-là n’est pas du tout adaptée à la région. Notre pick-up ou notre VTT, ce n’est pas toujours pour le travail, mais aussi pour le loisir. Votre chef a déjà dit que les régions décideraient. Est-ce qu’on va l’avoir, cette surtaxe en région, oui ou non?, a-t-il fait valoir.

Dans la mesure où nous avons besoin de ces véhicules-là pour circuler sur nos routes et sur nos rangs, non, a précisé Mme Lessard-Therrien.

Pierre Dufour davantage ciblé

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Abitibi-Est a dû défendre le bilan de son dernier mandat à de nombreuses reprises. Il a été directement ciblé 14 fois par ses adversaires. Mme Lessard-Therrien a elle aussi dû faire face aux critiques, ayant été ciblée à quatre reprises.

Le libéral Jean-Maurice Matte a quant à lui dû repousser deux attaques, alors que Robert Daigle, candidat du Parti conservateur du Québec dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue a été visé une seule fois.

Jean-François Vachon s'apprête à parler lors du débat.

Le candidat péquiste dans Rouyn-Noranda—Témiscamingue, Jean-François Vachon, a sévèrement critiqué le bilan de la CAQ en matière d’immigration.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Renaud

Jean-François Vachon, candidat péquiste dans cette même circonscription, n’a pas été directement ciblé au cours des périodes de débat.

Les nombreuses critiques contre M. Dufour ont parfois donné lieu à des échanges musclés, presque exclusivement avec son adversaire libéral.

Le député sortant a notamment été questionné par M. Matte au sujet d’une éventuelle visite de François Legault en Abitibi-Témiscamingue.

Je comprends que vous aimeriez avoir l’horaire de mon chef, mais je pense que vous devriez vous occuper de Mme Anglade qui va être au Nunavut prochainement, lui a-t-il lancé, d’un ton amusé.

C’est un peu arrogant, ça. Vous parlez avec beaucoup d’arrogance, M. Dufour, lui a répondu Jean-Maurice Matte. N’allez pas sur cette ligne-là. Je pense que vous êtes très bien nanti pour être capable de parler d’arrogance, a ensuite rétorqué Pierre Dufour.

Il importe de souligner que, mis à part quelques débats plus émotifs, les candidats ont généralement fait part de leurs positions de manière respectueuse et cordiale.

Pierre Dufour sourit près du micro de Radio-Canada.

Le député sortant Pierre Dufour a fait face à de nombreuses attaques de ses adversaires.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Renaud

Le candidat de la CAQ, Pierre Dufour, a également admis que certaines mesures instaurées par le dernier gouvernement devaient être revues, comme les horaires CoreFlex pour les ambulanciers.

Ces horaires, mis en place en juin dernier, avaient été vivement critiqués par le syndicat des paramédicaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CSN).

Ce n’est pas la meilleure structure pour des secteurs comme Senneterre et Malartic. Pour notre région, ce n’est peut-être pas la meilleure solution. C’était un essai, mais je pense que cette mesure-là devra être révisée, a souligné M. Dufour.

Défendent-ils leur parti ou la région?, a demandé M. Matte

À son tour, le candidat libéral y est allé d’une attaque directe dirigée contre les deux députés sortants présents lors du débat, Mme Lessard-Therrien et M. Dufour.

Pendant quatre ans, on vous a vu vous invectiver à l’Assemblée nationale, vous crier des bêtises. Ça, c’était 2 députés sur 125 qui représentaient l’Abitibi-Témiscamingue, mais qui étaient beaucoup plus préoccupés à défendre leur ego et leur parti, a noté Jean-Maurice Matte.

Cette remarque a provoqué de vives réactions du côté de QS et de la CAQ.

Je suis un peu déçue d’entendre M. Matte me dire que j’étais préoccupée par mon ego. Je me suis souvent levée pour l’urgence à Senneterre. C’est à ça que ça sert, une députée à l’Assemblée nationale, a remarqué Émilise Lessard-Therrien.

C’est possible qu’on ait des divergences d’opinions, mais je peux vous dire que ça m’a toujours fait un plaisir d’offrir de la raccompagner chez elle avec la voiture de service. On était capables de travailler ensemble et de se côtoyer, a ensuite mentionné Pierre Dufour.

Des positions fermement défendues

Jean-François Vachon, représentant du Parti québécois (PQ) au débat, en a profité pour rappeler que, selon lui, l’indépendance du Québec parviendrait à améliorer la situation de l’Abitibi-Témiscamingue sur plusieurs aspects.

Lors d’un échange avec M. Dufour, le candidat péquiste n’a pas hésité à rappeler l’importance qu’il accorde à la reprise du contrôle de certaines infrastructures par le gouvernement du Québec, tout en soulignant l’importance de diversifier l’économie de la région.

Le problème, c’est que c’est toujours nous qui faut tout faire pour ensuite voir le produit s’en aller vers Montréal. Il faut qu’on développe la deuxième et la troisième transformation pour soutenir le développement de notre région. Par exemple, avec l’indépendance du Québec, on pourrait développer nos chemins de fer et faire en sorte que ces projets-là se développent ici, a-t-il soutenu.

Robert Daigle regarde devant lui au débat régional.

Robert Daigle, candidat conservateur dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue, y est aussi allé de plusieurs attaques contre Pierre Dufour.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Renaud

Le conservateur Robert Daigle a lui aussi fait valoir les positions de son parti, notamment sur le plan environnemental.

Je pense que de développer le gaz naturel et les hydrocarbures de façon responsable, ça pourrait être une solution à court terme pour aider nos voisins du Sud, entre autres. L’environnement sera toujours une priorité, mais c’est important de se donner les moyens de le protéger, a-t-il expliqué.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !