•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Raptors lancent leur préparation dans la bonne humeur à Victoria

Pascal Siakam, des Raptors, est tout sourire lors d'un exercice.

Les Raptors ont lancé leur camp d'entraînement à Victoria, lundi.

Photo : Twitter/Raptors

VICTORIA – Les Raptors de Toronto ont donné le coup d'envoi à leur camp d'entraînement à Victoria, mardi, sous le signe de la bonne humeur. Sans blessure ni friction à déclarer, l'équipe a démarré sa préparation pour la prochaine saison sur de bonnes bases dans la capitale de la Colombie-Britannique.

C'est super de pouvoir tenir des entraînements avec 20 joueurs en santé, a dit l'entraîneur-chef Nick Nurse après l'entraînement.

La déclaration paraît simple, voire anodine, mais elle traduit en fait un réel soulagement de la part du pilote des Raptors. À pareille date l'an dernier, son joueur vedette Pascal Siakam manquait à l'appel en raison d'une opération à une épaule. Plus tard dans la saison, ses leaders Fred VanVleet et O.G. Anunoby devaient aussi passer du temps sur la touche en raison de blessures persistantes.

Tous ces ennuis sont maintenant derrière les Raptors, du moins pour l'instant. La santé, celle qu'on se souhaite tous lorsqu'on trinque au Nouvel An, est au rendez-vous et elle offre, en ce sens, l'occasion parfaite à Nick Nurse de contempler les options qu'il a sous la main à l'aube d'une nouvelle saison.

L'addition d'Otto [Porter Jr] en a été une très importante. C'est un joueur polyvalent qui fait 6'8 et qui peut bien lancer le ballon. Juancho [Hernangomez] en est un autre. Je ne sais pas à quel point il est grand. Il doit faire 6'10 et il lance aussi très bien. Voilà déjà deux joueurs et vous ajoutez à cela Christian [Koloko]. Ça vous fait trois joueurs; un dont vous êtes sûr qu'il peut produire dans cette ligue et deux autres que vous espérez qu'ils cadrent bien dans votre système. C'est à nous d'évaluer comment les employer. Il y a aussi Dalano [Banton]. Il a été aussi bon que qui que ce soit à l'entraînement aujourd'hui, a-t-il analysé.

Un joueur des Raptors sourit à l'un de ses coéquipiers.

Otto Porter Jr et Thaddeus Young font partie des vétérans qui encadreront les jeunes joueurs des Raptors cette saison tout en aidant eux-mêmes l'équipe.

Photo : Twitter/Raptors

Les nouvelles sont donc réjouissantes dans le camp des Raptors. Alors que l'équipe retrouve 13 de ses joueurs de la dernière saison, elle ajoute aussi des vétérans de qualité tels que Porter Jr et Thad Young à son effectif.

Nick Nurse perçoit d'ailleurs ce dernier comme un nouveau même s'il a disputé 26 matchs avec l'équipe la saison dernière.

Ces joueurs sont d'une grande aide parce qu'ils ont beaucoup d'expérience, de sagesse et savent partager leurs leçons [...] Je pense, encore une fois, que ça manquait à notre équipe et ça nous fera le plus grand bien, a dit Nurse.

Les Raptors de retour dans l'Ouest canadien

L'équipe torontoise a élu domicile au Centre for Athletics, Recreation and Special Abilities (CARSA) de l'Université de Victoria mardi et s'y entraînera tous les jours de la semaine d'ici à ce qu'elle quitte pour Edmonton, dimanche, afin d'y disputer un match préparatoire.

C'est la deuxième fois de leur histoire que les Raptors tiennent leur camp d'entraînement à l'Université de Victoria. Ils s'y étaient aussi arrêtés à l'automne 2017. C'est aussi la septième visite des Raptors en Colombie-Britannique dans un tel contexte.

Les Raptors avaient tenu leur camp d'entraînement à Toronto l'automne dernier en raison de la pandémie. Étant la seule équipe canadienne dans la NBA, il était important pour eux de renouer avec leurs partisans ailleurs au pays, a dit le président Masai Ujiri lundi à l'occasion de la journée des médias à Toronto.

Je pense que cette tournée [canadienne] nous a fait du bien par le passé. Au sein de l'équipe, on le ressent : nous sommes l'équipe du Canada. Nous sommes une équipe globale. En touchant à toutes ces villes, que ce soit par un camp à Victoria ou des matchs à Edmonton et Montréal, on veut sentir l'amour des amateurs du Canada parce qu'on sait déjà qu'ils nous appuient, a dit Ujiri aux journalistes lundi.

Ça fait aussi quelques années qu'on n'a pas pu faire quelque chose du genre, en raison de la pandémie et des restrictions, évidemment. Maintenant, on revient à la normale, à cette tradition que nous avions, et nous sommes excités. Je pense que c'est important pour notre équipe, et pour nos partisans de nous voir dans plusieurs endroits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !