•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie touristique de la Mauricie se réjouit des changements à la frontière

Des passagers à bord d'un avion.

Les passagers des avions n'auront plus l'obligation de porter un masque à compter du 1er octobre 2022 à l'embarquement au Canada (archives).

Photo : Getty Images / HECTOR RETAMAL

Radio-Canada

Finis les masques dans les avions ou à bord des trains au Canada. Dès samedi, les voyageurs n'auront aussi plus à remplir l'application ArriveCan ni à fournir une preuve de vaccination à leur arrivée au pays. L'obligation de subir un test de dépistage et de se mettre en quarantaine est également levée.

C’est un soupir de soulagement pour l’industrie touristique. En entrevue à l’émission En direct, Justin Bordeleau, vice-président de Voyages Arc-en-Ciel, à Trois-Rivières, a souligné que ces nouvelles directives rendraient plus attrayants les voyages pour l’ensemble de la population.

Pour nous, à l’interne, ce sont des transactions et des accompagnements plus sereins avec nos voyageurs, dit-il. Ce sont des transactions moins longues, qui sont moins fastidieuses, parce que ces points-là soulevaient des questionnements auprès des voyageurs, voire même des craintes.

Ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise avec la technologie, ajoute-t-il. Il y a des gens d’un certain âge ou certains moins autonomes à ce niveau-là, pour qui c’était un irritant majeur la déclaration ArriveCan.

Les agences de voyages semblent toujours aussi occupées, et s’attendent à davantage d’appels au cours des prochaines semaines.

« Depuis mars dernier, on est sursollicités. »

— Une citation de  Justin Bordeleau, vice-président de Voyages Arc-en-ciel

M. Bordeleau estime qu'un certain marché de voyageurs sera de retour, alors qu'ils appréhendaient aussi une quarantaine et l’obligation de produire un test PCR à destination avant leur retour et, surtout, à leurs frais.

Prendre encore des assurances ou non?

Concernant les assurances COVID lors des déplacements, là aussi, il pourrait y avoir des changements, même si M. Bordeleau encourage fortement ses clients à continuer de se prémunir d’une bonne protection.

Il faut tout de même être prudent. [...] La pandémie nous a démontré la temporalité des choses, donc il ne faut pas prendre les choses pour acquises. Bien sûr, c’est très positif tout ça et on va en profiter, par contre, on n’est pas à l'abri d'autres situations pandémiques.

Il ajoute que d’autres éléments de la nature sont toujours possibles et qu’une bonne assurance-voyage est encore conseillée pour éviter les mauvaises surprises.

Plus de touristes?

Le président de Tourisme Mauricie, Donald Desrochers, est convaincu que cette levée des normes sanitaires permettra d'accueillir davantage de touristes dans la région.

Évidemment, je pense que ça va aider, dit-il. Depuis 2020, lors de la fermeture des frontières, on voit une augmentation progressive, alors qu'Omicron a ralenti un peu, mais on n'est pas encore revenu au stade de 2019.

Il est convaincu que le pire est derrière nous. Les Français commencent à revenir, les Américains aussi et avec cette annonce-là, ça va propulser la croissance et battre encore 2019 en termes de visiteurs internationaux, conclut-il.

Le prochain défi restera à pourvoir les postes vacants à l'été prochain, alors que la pénurie de main-d'œuvre se fait toujours sentir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !