•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fulgore tacheté s’approche du Canada, prévient l’ACIA

Un fulgore tacheté adulte.

Le fulgore tacheté se nourrit de sève, principalement celle des arbres fruitiers, et peut causer de graves dommages aux vergers et aux vignobles.

Photo : getty images/istockphoto / arlutz73

La Presse canadienne

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) demande aux Canadiens de garder l'œil ouvert sur un insecte envahissant qui pourrait avoir des effets catastrophiques dans les vignobles et chez les producteurs de fruits du pays.

Le fulgore tacheté est un insecte ravageur originaire de Chine qui a fait des incursions aux États-Unis depuis 2014.

Jusqu'à présent, aucun spécimen vivant de ce petit insecte gris et rouge aux ailes tachetées n'a été aperçu au Canada.

Cependant, au début de septembre, des centaines de spécimens adultes ont été observés dans un quartier résidentiel de Buffalo, dans l'État de New York, à seulement 45 km de la frontière canadienne.

Ces découvertes ont déclenché l'alarme à l'ACIA qui, dans un message diffusé sur Twitter la semaine dernière, a demandé aux Canadiens de signaler immédiatement toute observation du fulgore tacheté de ce côté-ci de la frontière.

Cet insecte se nourrit de sève, principalement celle des arbres fruitiers, et peut causer de graves dommages aux vergers et aux vignobles.

Un insecte qui aime le vin et les fruits

Nous sommes de plus en plus préoccupés par la proximité du Canada, tout particulièrement celle de nos secteurs viticoles, car il s'agit d'un insecte ravageur qui a eu de lourdes conséquences sur l'industrie du vin et des fruits aux États-Unis, a déclaré Diana Mooij, une spécialiste du programme sur les espèces exotiques envahissantes au sein de l'ACIA.

La première observation nord-américaine de cet insecte nuisible a eu lieu en Pennsylvanie en 2014 et, depuis lors, un programme de suivi supervisé par l'Université Cornell a documenté la présence de cet insecte dans 14 États américains.

La Pennsylvanie, le New Jersey, le Maryland et le Delaware comptent le plus grand nombre d'observations, de même que des zones à l'intérieur et autour de New York. Cet insecte a aussi été observé loin à l'est du Rhode Island, au sud de la Caroline du Nord et à l'ouest de l'Indiana.

Les observations dans la ville de Buffalo ont été les premières près de la frontière canadienne.

Mme Mooij indique que des spécimens adultes morts ont été trouvés dans des camions au Canada. Elle mentionne que les femelles pondent leurs œufs sur presque tout ce qui est stocké à l'extérieur.

Ravageur et voyageur

C'est un ravageur qui peut malheureusement voyager sur toutes sortes de choses, a-t-elle expliqué. Il ne se contente pas de voyager sur les plantes : il peut voyager sur des conteneurs d'expédition, des camions, des voitures et du matériel de camping.

Nous demandons à tout le monde de faire preuve d'une vigilance accrue dans la recherche de ce ravageur, en particulier aux personnes qui se sont rendues dans des régions des États-Unis où ce ravageur a été observé, a-t-elle déclaré.

La spécialiste dit que cet insecte a des signes distinctifs, notamment ses ailes tachetées, une teinte rosée lorsque ses ailes sont fermées et une coloration rouge vif lorsque ses ailes sont ouvertes.

Ces envahisseurs ont besoin de grandes quantités de sève pour survivre. Les signes de leur présence peuvent inclure des arbres avec de grandes quantités de sève coulant sur l'écorce.

Ces insectes produisent un déchet sucré appelé miellat qui attire les pollinisateurs comme les abeilles et les guêpes et qui peut provoquer la croissance de champignons et de moisissures sur les arbres, ce qui peut les endommager.

La Pennsylvanie affirme qu'une analyse menée en 2019 a montré que cet insecte pouvait causer plus de 300 millions de dollars de dommages à son économie chaque année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !