•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : la calculatrice de Québec solidaire est-elle fiable?

Le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois sur le plateau de l’émission « Tout le monde en parle », dimanche soir.

Le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois sur le plateau de l’émission « Tout le monde en parle », dimanche soir.

Photo : Radio-Canada / Karine Dufour

Nahila Bendali

Québec solidaire (QS) a développé une calculatrice sur son site web pour que les électeurs puissent mesurer l'impact des mesures proposées par le parti sur leur portefeuille. Mais les résultats donnés sont-ils justes?

Le porte-parole solidaire a annoncé le lancement de cet outil lors de son passage à l’émission Tout le monde en parle dimanche.

C'est la calculatrice solidaire. J'incite tous les gens à y aller. Les gens vont pouvoir voir c'est quoi l'impact du plan de Québec solidaire sur leur qualité de vie puis sur leur portefeuille, a affirmé Gabriel Nadeau-Dubois.

Mais l’outil manque de précision.

La calculatrice solidaire est un questionnaire qui vous demande votre revenu, le montant de vos actifs, si vous attendez une place en CPE ou le nombre d’enfants à charge, entre autres.

À la fin de l'exercice, l’outil vous présente un tableau qui détaille l’impact financier des mesures proposées par Québec solidaire, que ce soit des économies ou des montants supplémentaires à débourser.

Mais certaines données présentées ne prennent pas en compte votre situation personnelle.

Des montants indiqués sont les mêmes pour tout le monde et se basent sur des moyennes ou des cas de figure, alors qu'ils devraient plutôt être modulés selon les revenus.

Congé de TVQ

Québec solidaire inclut par exemple l’impact de sa promesse d’accorder un congé de TVQ sur les biens essentiels (nourriture, repas au restaurant, vêtements, articles et accessoires de soins corporels, etc.).

Selon la calculatrice, cette mesure permettrait d’épargner 550 $, peu importe le revenu indiqué.

Le parti précise dans ses explications qu’il se fie à une moyenne tirée de l’Enquête sur les dépenses des ménages de Statistique Canada.

Mais selon des fiscalistes, ce montant serait plus bas pour les ménages à faible revenu et plus élevé pour les gens aisés, qui peuvent dépenser davantage.

Le professeur André Lareau, de l’Université Laval, souligne que les ménages les plus pauvres dépensent une grande part de leurs revenus dans le logement, qui n’est pas taxé, et dans l'achat de nourriture, qui est déjà exempte de taxes dans bien des cas.

Pour épargner 550 $, il faudrait dépenser environ 5500 $ par année pour acheter des biens et des produits qui bénéficieraient de l’exemption de QS. Les gens qui gagnent 150 000 $ ont davantage de possibilités d’aller au restaurant et de faire des dépenses excédentaires. Cette facilité n’existe pas pour les bas revenus, dit-il.

Selon des données compilées par la professionnelle de recherche à la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke, Suzie St-Cerny, un ménage avec un revenu total de 20 000 $ pourrait économiser 265 $ annuellement avec ce congé de TVQ. Pour une famille avec un revenu de 125 000 $, il s'agirait d’un montant de 1075 $.

Suzie St-Cerny s’est fiée aux données de la même enquête que Québec solidaire.

Place en CPE

Selon la calculatrice de QS, une famille qui profiterait d'une place en CPE plutôt qu'en garderie privée non subventionnée épargnerait 2366 $ par année.

Mais les calculs sont établis en fonction d'un ménage qui gagne 101 000 $ par année et qui débourse 50 $ par jour pour une place en garderie. Québec solidaire précise qu’il utilise ce cas de figure dans le document qui explique la façon dont le parti est arrivé à ce montant (Nouvelle fenêtre).

L'impact serait moins important pour une famille qui gagne 50 000 $ par année, parce qu'elle bénéficie actuellement d'un crédit d'impôt plus généreux pour ses frais de garde.

Le montant épargné serait plutôt de 767 $.

C’est un peu particulier qu’ils soient allés prendre un chiffre moyen comme ça pour quelque chose comme ça, qui se calcule, indique Suzie St-Cerny.

Les fiscalistes consultés soulignent que l’outil devrait indiquer clairement que les montants calculés le sont sur des cas de figure ou des moyennes, et non sur la situation particulière du répondant.

C’est difficile de savoir ce qui est fait sur des cas moyens ou des cas reliés aux données qu’on indique dans le simulateur, ajoute Mme St-Cerny. 

Québec solidaire précise ces informations dans son document en ligne à la fin de l’exercice (Nouvelle fenêtre), mais pas directement dans le tableau.

Incohérences et erreurs

Par ailleurs, l’outil présente certaines incohérences lorsqu’on le remplit.

Il est possible d'inscrire que l’on est prestataire de l’aide sociale, peu importe le revenu déclaré. Ainsi, la calculatrice ajoute 3960 $ de bonification des prestations de l’aide sociale, que l’on indique avoir un revenu annuel de 20 000 $ ou de 1 million de dollars.

Également, les répondants peuvent déclarer obtenir un salaire horaire de moins de 18 $ l’heure, sans égard au revenu annuel déclaré, ce qui ajoute un montant qui tient compte de la hausse du salaire minimum promise par QS. (5221 $ en plus si on indique faire un salaire horaire de 14,25 $ à 15 $ l’heure).

Une capture d'écran d'un tableau qui calcule l'impact financier des mesures proposées par Québec solidaire.

Malgré un revenu de 1 million de dollars, il est possible d'indiquer être prestataire de l'aide sociale et travailler au salaire minimum dans la calculatrice solidaire. La détaxation des biens essentiels et l'argent économisé par une place en CPE ne sont pas modulés selon les revenus.

Photo : Capture d'écran tirée du site de Québec solidaire

De plus, le parti a fait des erreurs de calcul sur l’incidence financière de son impôt sur les grandes fortunes. La calculatrice indique que cette taxe sur le patrimoine atteindrait 3 999 000 $ pour une personne disposant d’actifs de 250 millions de dollars et de 8 999 000 $ si ses actifs étaient de 500 millions de dollars.

Selon la mesure présentée par QS, le taux d’imposition serait de 0,1 % entre 1 million et 9,9 millions de dollars, ce qui signifie 1000 $ par million, après le premier million. Il passerait ensuite à 1 % au-delà de 10 millions et à 1,5 % au-delà de 100 millions de dollars.

En vertu de ces paramètres, l’impôt à payer serait plutôt de 3 159 000 $ pour des actifs de 250 millions de dollars et de 6 909 000 $ pour des actifs de 500 millions de dollars.

Après la publication de l'article, Québec solidaire a corrigé ses chiffres sur l'impact financier de son impôt sur les grandes fortunes. La plus récente version du document explicatif (Nouvelle fenêtre) présente les bonnes données.

Avec la collaboration de Nathalie Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !