•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui arrêtera le rouleau compresseur de l’équipe de rugby du Rouge et Or?

Elle s'échappe avec le ballon lors d'un match, pourchassée par des joueuses adverses

Anaïs Gilbert et ses coéquipières du Rouge et Or semblent dans une classe à part, cette saison, au rugby universitaire.

Photo : Yan Doublet / Rouge et Or

Même pour un programme qui a l’habitude des victoires écrasantes, les chiffres ont de quoi faire sourciller. En quatre matchs cette saison, l’équipe de rugby du Rouge et Or a inscrit 289 points et n’en a encore accordé aucun.

Un gain de 117-0 contre Sherbrooke, un autre de 78-0 contre Concordia, les performances des joueuses du Rouge et Or ont fait la ronde sur les réseaux sociaux ces dernières semaines.

Il y a des matchs avec moins d’enjeux, c’est sûr, mais c’est le format de la ligue cette année. On peut seulement jouer contre les équipes dictées par le calendrier, lance l’entraîneur-chef François Vachon-Marceau.

Portant le ballon, elle déjoue une joueuse adverse lors d'un match.

Léa Ouellet et ses coéquipières ont bien l'intention de garder la pédale au plancher jusqu'au championnat canadien.

Photo : Yan Doublet / Rouge et Or

C’est que par le passé, le circuit universitaire de rugby féminin comptait deux divisions de quatre équipes. L’une plus forte, l’autre plus faible, dans lesquels des universités étaient promues et reléguées à l’issue de chaque saison.

Je pense que l’objectif était de réduire les écarts dans les matchs, mais ça amenait aussi certains inconvénients au niveau de la visibilité des programmes. Donc ils ont décidé de revenir à une seule division cette année, explique Vachon-Marceau.

Qu’à cela ne tienne, ce dernier estime que les matchs à sens unique n'empêchent pas sa troupe de progresser. Puis il ne faudrait pas non plus n’attribuer ce début de saison record qu’au changement de format au rugby universitaire.

Objectif championnat

Opposées aux Ravens de Carleton, une équipe jusque-là invaincue cette saison, les joueuses du Rouge et Or l’ont emporté 36-0 samedi, au stade Telus. Un mois plus tôt, en match présaison, elles avaient offert une correction de 38-0 aux championnes canadiennes en titre, les Gaels de Queen’s.

On a des objectifs élevés cette année. De n’avoir accordé aucun point, ça prend un peu de chance, mais il y a aussi beaucoup de travail en arrière de ça. Je suis agréablement surpris, admet l'entraîneur-chef.

Il pose avec le stade Telus derrière lui.

L'entraîneur-chef de l'équipe de rugby du Rouge et Or, François Vachon-Marceau

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

Reste que le but ultime est clair pour la troupe de l’Université Laval. Après une troisième place aux championnats canadiens l’automne dernier, le Rouge et Or veut remporter le deuxième titre national de son histoire. De ce côté, les véritables tests arriveront en fin de saison.

Les Gee-Gees Ottawa sont aussi invaincues et le premier rang du RSEQ va probablement se jouer lorsqu’on va les affronter au dernier match de la saison régulière. Ensuite, ce sera les séries et on l’espère, le championnat canadien. Ça garde les filles motivées parce qu’elles savent ce qu’on vise.

Et parole de François Vachon-Marceau, les partisans n’ont pas encore vu le meilleur de ses joueuses cet automne.

On est fier de notre défense et on pense que c’est ce qui va nous aider à gagner, ultimement, estime celui qui a succédé à Kévin Rouet à la barre de l'équipe, cette saison. Mais on essaie de faire mieux que la semaine précédente à chaque match. Si on continue comme ça, on devrait être à notre plus fort à la fin de saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !