•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur touristique estrien satisfait de la levée des mesures frontalières

Des voitures passent au poste frontalier de Standstead.

Les mesures aux frontières canadiennes liées à la COVID-19 seront levées dès le 1er octobre. (archives)

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

Les mesures aux frontières canadiennes liées à la COVID-19 seront levées dès le 1er octobre, au grand bonheur du secteur touristique en Estrie.

Le gouvernement fédéral en a fait l’annonce lundi matin. Nous sommes dans une bien meilleure position aujourd'hui qu'en 2020, a annoncé en point de presse le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, ajoutant toutefois que la COVID-19 est toujours là.

Cette annonce était attendue en Estrie, et a été demandée à plusieurs reprises au cours des derniers mois par des municipalités frontalières comme Stanstead et le Canton de Potton. Le maire de Stanstead, Jody Stone, déplorait que de telles mesures soient encore en place.

C’est vraiment une bonne nouvelle. Il y a plusieurs Américains qui vont pouvoir revenir au Canada, revenir à Stanstead, explique-t-il. Si des familles décidaient de ne pas se faire vacciner, elles ne pouvaient pas se voir.

Cette satisfaction est partagée par certains commerçants, qui ont une importante clientèle américaine. À l’auberge le Sunshine, à Stanstead, c’est environ 40 % de la clientèle qui est américaine.

ArriveCAN devenait un frein pour une majorité de gens, croit le copropriétaire de l’auberge, Jean Desrosiers. Là, on enlève le brake à bras.

Tourisme Cantons-de-l’Est salue aussi la décision du gouvernement fédéral. Sa directrice générale, Annie Langevin, rappelle que la majorité des pays n’avaient plus aucune contrainte sanitaire.

« C’était une revendication importante que l’industrie portait depuis un moment. C’est un soulagement pour nous. »

— Une citation de  Annie Langevin, directrice générale de Tourisme Cantons-de-l’Est.

Les visiteurs qui viennent dans notre région, dans notre province, dans notre pays, c’est un gage de retombées économiques majeures, donc on est bien contents, souligne Annie Langevin.

Avec les informations de Marie-Hélène Rousseau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !