•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déplacement d’un poteau électrique au coeur d’une poursuite contre Saguenay

Des câble de fibre optique sur des poteaux électriques.

Selon Inter-Projet, l'entreprise Paul Pedneault ne détenait pas la licence permettant de déplacer des poteaux électriques.

Photo : CBC/Erik White

Radio-Canada

Le déplacement d'un poteau électrique par une entreprise en construction est à l'origine d'une poursuite de plus de 196 000 $ d’Inter-Projet contre la Ville de Saguenay.

L’entreprise de Jonquière poursuit Saguenay pour avoir octroyé l’automne dernier un contrat à la firme Paul Pedneault pour la reconstruction d'un mur de soutènement sur la rue Tremblay à Chicoutimi. L’intervention comprenait des travaux électriques et le déplacement d’un poteau.

L'entreprise Paul Pedneault, qui est située à Chicoutimi, avait obtenu le contrat, en déposant une offre de près de 2 016 400 M$. Inter-Projet était le deuxième plus bas soumissionnaire, avec une proposition d’un peu plus de 2 110 300 M$.

Selon Inter-Projet, l'entreprise Paul Pedneault ne détenait cependant pas la licence lui permettant de déplacer des poteaux électriques.

Le montant de 196 000 $ réclamé par Inter-Projet correspond aux profits que l’entreprise anticipait pour ces travaux, ce qui correspond à près de 11 % du contrat.

Le comité exécutif de Saguenay a mandaté le 15 septembre l’avocate Estelle Tremblay, du cabinet Gauthier Bédard, pour représenter la Ville devant la Cour supérieure dans ce dossier. La requête avait été déposée en cour par Inter-Projet le 21 février dernier.

Dans sa requête, Inter-Projet soutient que Paul Pedneault ne pouvait ni exécuter, ni faire exécuter des travaux électriques d’alimentation temporaire des résidences, de déplacement de poteaux électriques et de soutènement temporaire de poteaux électriques contenus aux documents d’offres.

Inter-Projet croit qu'elle aurait donc dû remporter la soumission, puisqu’elle détient les qualifications pour réaliser ces travaux.

Au total, cinq entreprises, dont deux d’Alma et une de Saint-Honoré, avaient répondu à cet appel d’offres.

Le montant le plus élevé était d’un peu plus de 2 472 000 M$, selon les informations disponibles sur le Système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec.

Avec les informations de Michel Gaudreau et de Mélyssa Gagnon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !