•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un documentaire se penche sur la tuerie de masse à Las Vegas

Des gens courent sur une pelouse jonchée de détritus.

Le documentaire «11 Minutes» est composé en bonne partie d'images captées par des téléphones intelligents.

Photo : Paramount+

Radio-Canada

Un nouveau documentaire raconte l'horreur de la pire tuerie de masse de l'histoire moderne des États-Unis, survenue dans un festival de musique à Las Vegas, au Nevada, en 2017.

Intitulé 11 Minutes, le film est divisé en quatre épisodes et sera diffusé à partir de mardi sur le service de vidéo à la demande Paramount+.

Le documentaire de trois heures donne la parole à plusieurs témoins du massacre qui a été perpétré le 1er octobre 2017 et qui a coûté la vie à 60 personnes, en plus d’en avoir blessé 850.

Les images ont été captées en grande partie par des téléphones intelligents de témoins de la tuerie, et des caméras corporelles des forces policières sur le terrain.

Écouter le récit des victimes

11 Minutes est produit entre autres par Ashley Hoff, qui était elle-même présente lors du drame. Selon elle, les médias n’ont pas accordé assez d’attention aux victimes qui ont survécu à la tuerie, préférant se concentrer sur l’identité et les motivations du tueur.

« Nous sommes tous retournés dans nos coins pour souffrir en silence. »

— Une citation de  Ashley Hoff

Stephen Paddock, un homme d’affaires de 64 ans sans antécédents judiciaires, a tiré pendant une dizaine de minutes sur une foule de 22 000 personnes qui participaient à un festival de musique country en plein air, le Route 91 Harvest.

Il était installé dans une chambre située au 32e étage de l'hôtel Mandalay Bay, et a retourné l’arme contre lui avant l’arrivée de la police.

Avec les informations de La Presse canadienne, et ABC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !