•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de l’île Lamèque se questionnent sur la fragilité du réseau électrique

Lamèque, N.-B.

La région de Lamèque, au Nouveau-Brunswick, est souvent frappée par des pannes de courant électrique

Photo : Radio-Canada / René Landry

Sur les îles Lamèque et Miscou, des résidents se posent des questions sur la fiabilité du système électrique, après le passage de la tempête Fiona.

Le service d'électricité a été rétabli dans ces régions.

Mais, en début de journée lundi, des pannes touchaient plus de 3000 foyers et deux écoles ont dû être fermées.

Un monteur de ligne d'Énergie NB.

Un monteur de ligne d'Énergie NB à pied d'oeuvre [archives]

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

On est habitués

Il y a des pannes d'électricité aux îles Lamèque et Miscou tellement souvent qu'une partie de la population a commencé à s'y faire.

C'est le cas d'Onile Ferron, de Sainte-Cécile.

On est comme habitués à ça maintenant, soupire-t-il. Ça ne me dérange plus.

Il se souvient qu'il a connu pire durant la crise du verglas il y a 5 ans.

Quand tu te retrouves sans électricité pendant 13 jours, tu ne peux pas avoir pire que ça.

Un système fragile?

Certains, comme William Jones, ont beau s'y faire, ils ne trouvent pas moins que ces pannes à répétition sont étranges.

Le système est fragile, tranche-t-il. Bien, je dis qu'il est fragile parce qu'il fait bien beau puis tout d'un coup il y a une panne d'électricité. C'est arrivé trois fois cette année.

Sainte-Marie-Saint-Raphaël, N.-B.

La communauté de Sainte-Marie-Saint-Raphaël, sur l'île Lamèque semble également touchée par des pannes de courant plus souvent qu'à son tour

Photo : Radio-Canada / René Landry

Adrienne Noël aussi se questionne.

Je trouve que c'est beaucoup, dit-elle. Si ça continue comme ça, cet hiver, je ne sais pas ce qu'on va faire. L'électricité est faible.

Encore l'eau salée

Certains se demandent si ce n'est pas encore l'eau salée projetée par les vents sur les poteaux et les installations électriques, notamment au pont Lamèque-Shippagan, qui est à la source des dernières pannes.

Un porte-parole d'Énergie Nouveau-Brunswick confirme cette hypothèse.

L'eau sale continue de causer des complications et des pannes, surtout après Fiona, explique Marc Belliveau.

L'impression d'une partie de la population que la région a son lot de pannes ne serait donc pas qu'une impression.

Je ne veux pas dire qu'on est dans les pires, lance William Jones en rigolant. Mais, on n'est pas dans les meilleures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !