•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Albertains produisent du lait de Jersiaises miniatures pour leur propre consommation

Deux Jersiaises dans un champ.

Le lait de Jersiaises est riche en protéine et calcium.

Photo : Radio-Canada / Luke Ettinger

Radio-Canada

Des familles du nord de l'Alberta achètent des Jersiaises miniatures pour produire leur propre lait et éviter de l’acheter en épicerie.

La Jersiaise est une vache de petite taille, haute de 130 cm au garrot, qui pèsent 350 à 440 kg en moyenne. La Jersiaise miniature est encore plus petite mesurant environ 111 cm au garrot.

Selon l’Association canadienne des Jersiaises miniatures, cette race de vaches laitières est facile à gérer en raison de leur taille. Elles n’ont pas besoin de beaucoup de nourriture ni de grand espace.

La Jersiaise miniature convient parfaitement à tous ceux qui cherchent à avoir du lait frais pour leur famille , indique le site Internet de l’association.

Tazara McClanaghan trait un vache.

Tazara McClanaghan possède une dizaine de bêtes.

Photo : Radio-Canada / Luke Ettinger

Sa présidente,Tazara McClanaghan, élève depuis cinq ans des Jersiaises miniatures à Spirit River, situé à 500 kilomètres au nord-ouest d'Edmonton.

Elle a acheté sa première vache en Oregon : On a un sentiment de satisfaction quand on met sur la table le fromage ou le beurre qu’on a fait soi-même.

Beaucoup de lait

Tazara McClanaghan dit que les Jersiaises miniatures produisent la moitié du lait qu'une Jersiaise de taille normale, soit 8 à 16 litres par jour pour une seule vache. Elle admet en avoir trop pour une famille de cinq personnes.

On nourrit les cochons avec le surplus de lait, et rien n’a aussi bon goût qu’un cochon nourri au lait, dit-elle.

Jason Schulte, ingénieur mécanique de profession, a acheté une Jersiaise miniature en 2020.

Jason Schulte devant un champ.

Jason Schulte veut vivre du lait qu'il produit et de son potager quand il prendra sa retraite.

Photo : Radio-Canada / Luke Ettinger

Comme elle a vêlé, il garde la vache et son veau ensemble durant la journée, mais il les sépare la nuit. Il arrive ainsi à traire 3 litres de lait le matin suivant.

On ne boit pas tout le lait. Il en reste assez pour faire du beurre, de la crème glacée et du fromage , dit M. Schulte.

Il a investi 10 000 $ dans l’achat de la vache, de l’équipement, dont une machine à traire qui lui permet d'extraire le lait en 40 minutes.

Avec des informations de Luke Ettinger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !