•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jason Demers n’est pas prêt pour la retraite

Jansen Harkins des Jets est mis en échec par Jason Demers lors d'un match préparatoire, le 25 septembre 2022, à Edmonton.

Jason Demers a disputé le premier match préparatoire des Oilers.

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

Après une saison loin des patinoires de la Ligue nationale de hockey (LNH), Jason Demers tente un retour au sein du circuit Bettman.

Le défenseur de 34 ans a signé un contrat d’essai professionnel avec les Oilers et il espère convaincre l’équipe de lui offrir un contrat pour la prochaine saison.

Il a disputé le premier match préparatoire des Oilers dimanche face aux Jets. Il a terminé la soirée avec une mention d’aide, deux tirs au but, quatre lancers bloqués et un différentiel de +2.

Je me sens pas mal fatigué, a-t-il lancé en souriant immédiatement après la rencontre. Ça fait plus d’un an que je n'ai pas joué dans la LNH, mais c’était amusant, je me sens comme un gars de 20 ans, même si j’étais probablement le plus vieux gars sur la glace.

Jason Demers a passé 18 minutes et 29 secondes sur la patinoire, il a été utilisé en supériorité et en infériorité numérique.

Même s’il n’a pas touché une glace en Amérique du Nord depuis des mois, le joueur originaire de Dorval, au Québec, dirigeait un peu l’action sur la patinoire. On l’a vu à maintes reprises discuter avec son partenaire en défense, Markus Niemelainen.

Quand moi j’étais jeune, il y a eu des vétérans qui étaient là pour m’aider, alors je crois que c’est normal que j’aide les plus jeunes à mon tour. Surtout au début, quand il n’y a pas beaucoup de structure.

C’est un peu ce rôle de mentor que Jason Demers espère pouvoir jouer cette saison avec les Oilers, si ceux-ci décident de lui offrir un contrat.

J’ai tout vécu dans la LNH, j’ai joué des matchs de 20-25 minutes et d’autres de 12 minutes. J’ai été sur des premières paires de défenseurs, mais j’ai aussi déjà été laissé de côté, donc je pense que j’ai beaucoup à offrir et j’ai encore ce qu’il faut pour jouer dans la ligue.

Je suis prêt à faire n’importe quoi, à jouer n’importe quel rôle, ajoute celui qui se voit très bien jouer un rôle de septième défenseur.

Jason Demers a disputé 699 matchs dans la LNH. Il a inscrit 45 buts et amassé 169 aides pour 214 points. Il a aussi joué 61 parties en séries éliminatoires au cours desquelles il a récolté 16 points.

Il a porté les couleurs des Sharks de San José, des Stars de Dallas, des Panthers de la Floride et des Coyotes de l'Arizona.

Il affirme qu’il a toujours cru que sa carrière dans la LNH n’était pas terminée. Il admet que sa confiance en a pris un coup l’an passé, alors qu’il n’a reçu aucune offre des équipes de la Ligue nationale.

Il a donc dû se tourner du côté de la Russie et s’est entendu avec l’Ak Bars de Kazan, où il a disputé cinq rencontres durant la saison et quatre en séries éliminatoires.

Le moment fort de la dernière saison, pour lui, a cependant été sa participation aux Jeux olympiques.

J’avais déjà représenté le Canada au Championnat du monde et à la Coupe Spengler, mais pouvoir le faire aux Jeux olympiques, ça a été très spécial et j’ai été chanceux que mon équipe en Russie me laisse y participer.

En cinq rencontres à Pékin, Demers a amassé deux mentions d’aide.

Une chance grâce à Jay Woodcroft

Plus septembre approchait, plus Jason Demers se questionnait à savoir s’il recevrait une offre. L’appel des Oilers est venu à la mi-septembre.

Le défenseur est convaincu que s’il a reçu une invitation des Oilers, c’est en raison du lien qui l’unit à l’entraîneur-chef Jay Woodcroft.

Les deux hommes ont passé six saisons ensemble à San José, alors que Woodcroft était entraîneur adjoint et que Demers amorçait sa carrière dans la LNH.

Il me connaît depuis 10 ans, il sait ce que je peux faire, il connaît ma personnalité, je lui ai demandé de me laisser une chance et j’ai maintenant une dette envers lui, car sans son intervention, je ne suis pas certain que j’aurais eu une occasion de revenir dans la ligue.

L’entraîneur-chef des Oilers admet qu’il a joué un petit rôle dans la venue du défenseur à Edmonton.

Je n’ai fait que faire une recommandation après avoir analysé nos effectifs. Je savais que nous avions quelques joueurs amochés du côté droit et l’inviter avait du sens pour notre organisation.

Jay Woodcroft avait beaucoup de choses positives à dire à propos du joueur de 34 ans.

Tu ne joues pas 699 matchs dans la LNH si tu n’apportes rien à ton équipe. Il bouge bien la rondelle, il a un instinct offensif. C’est aussi un joueur qui est passionné de hockey, chaque jour il amène de l’énergie quand il se présente à l’aréna.

Le nom de Jason Demers avait déjà été lié aux Oilers. En 2016, l’équipe avait négocié avec le défenseur québécois, mais celui-ci s’était finalement entendu avec les Panthers de la Floride.

Edmonton ou ailleurs

En regardant la formation des Oilers, on peut déduire que cinq défenseurs ont un poste assuré avec l’équipe. Darnell Nurse, Cody Ceci, Evan Bouchard, Brett Kulak et Tyson Barrie devraient être en uniforme pour le match d’ouverture.

Le jeune Philip Broberg a une longueur d’avance pour l’obtention du rôle de sixième défenseur, alors que Ryan Murray, Dmitri Samorukov, Vincent Desharnais, Markus Niemelainen sont tous en lutte avec Jason Demers pour un poste à temps plein au sein des Oilers.

Demers est conscient du défi qui se présente à lui, mais croit que son expérience dans la LNH joue en sa faveur.

Le plus vieux défenseur de la brigade des Oilers est Tyson Barrie à 31 ans et son nom est souvent mentionné quand il est question de la situation salariale précaire des Oilers. Un échange l’impliquant donnerait un peu de marge de manœuvre à Ken Holland.

S’il ne réussit pas à impressionner les Oilers avec son jeu durant le camp d’entraînement, il espère qu’une autre équipe pourra le remarquer et lui offrir un contrat.

Si ce n’est pas le cas, il accepterait de jouer dans la Ligue américaine, afin d’avoir la chance d’être rappelé éventuellement dans la LNH.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !