•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 41e Festival international du film de Vancouver accueille ses spectateurs

Une femme autochtone au milieu d'un champ, une image capturée du film « Bones of crows » .

Le film d'ouverture du 41e Festival international du film de Vancouver est « Bones of Crows » de Marie Clements.

Photo : Image fournie par le Festival international du film de Vancouver

C'est jeudi que s'amorce le 41e Festival international du film de Vancouver (VIFF). L’événement qui se déroule jusqu’au 9 octobre est marqué cette année par un retour en force en salle, un remaniement des volets de sa programmation ainsi que la mise en place d'un nouveau prix récompensant les réalisateurs en début de carrière.

Au cours des 11 jours du festival cette année, ce sont plus de 230 films dont 135 longs-métrages qui seront projetés dans sept salles différentes.

La majorité des films sera donc présentée devant public, une vingtaine de films seulement étant offerts virtuellement. Un contraste avec les deux années précédentes qui se sont déroulées principalement en ligne.

Un couloir avec de grandes fenêtres, des chaises et tables. Sur le mur est inscrit VIFF.

Le Festival international du film de Vancouver présente des films dans sept salles dont le VIFF Centre.

Photo : Image fournie par le Festival international du film de Vancouver

Le festival fait la part belle aux nouveaux réalisateurs cette année, car près de la moitié des longs-métrages programmés pour le 41e VIFF sont des premiers films. C'est notamment le cas pour des films de la sélection francophone.

Dans la sélection francophone, il y a des premiers films intéressants qui ont été faits par de jeunes femmes, explique Mélanie Lemaire, responsable de la logistique de la programmation au VIFF. Je pense à Rodéo de Lola Quivoron et le film [Falcon Lake] de Charlotte Le Bon qui est une actrice et réalisatrice québécoise. Les deux films ont une énergie, une fraîcheur qui est vraiment propre aux premiers films.

Deux jeunes personnes sont assises à un endroit où il y a de la végétation.

Image tirée du film « Falcon Lake » de Charlotte Le Bon

Photo : Cinéfrance

Pour ce 41e festival, les organisateurs ont par ailleurs choisi de remanier les volets composant la programmation.

À titre d'exemple, les volets Spotlight on France et Gateway ont été éliminés - les films français et asiatiques ayant été reclassés dans d'autres catégories - pour faire place à du nouveau tel le volet Vanguard auquel est rattaché le prix du même nom.

Cette nouvelle catégorie qui regroupe huit films étrangers permet de mettre de l'avant des réalisateurs en début de carrière.

Un film autochtone en ouverture de festival

C’est le film Bones of Crow qui inaugure le festival jeudi soir. Ce long métrage de la réalisatrice métis Marie Clements raconte l’histoire d’une femme crie qui, après avoir survécu au système des pensionnats autochtones, devient transmetteuse en code cri pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un adulte et trois enfants coréens sourient au comptoir d'un parc d'amusement.

Le film « Broker » clôturera le 41e Festival international du film de Vancouver.

Photo : Image fournie par le Festival international du film de Vancouver

L’honneur de clore le festival le 9 octobre reviendra au réalisateur sud-coréen Hirokazu Kore-eda et son film Broker. Song Kang-ho qui tient le rôle principal est devenu cette année le premier acteur sud-coréen à gagner le prix du meilleur acteur à Cannes.

Deux jeunes garçons cueillent des fleurs dans un champ. Derrière eux, deux adultes qui font de même.

Le film « Close » de Lukas Dhont

Photo : Image fournie par le Festival international du film de Vancouver

Parmi les autres films à surveiller d’ici le 9 octobre :

  • Close du réalisateur belge Lukas Dhont et Stars at Noon de Claire Denis, Grand Prix ex æquo à Cannes 2022
  • Triangle of Sadness de Ruben Östlund, Palme d’or du Festival de Cannes 2022
  • Tori et Lokita des frères Dardenne, Prix du 75e anniversaire au Festival de Cannes 2022
  • Viking, le plus récent film du réalisateur québécois Stéphane Lafleur
  • Women Talking de Sarah Polley dont la distribution inclut Rooney Mara et Frances McDormand
  • Alcarràs de la réalisatrice espagnole Carla Simón qui a gagné l’Ours d'or au festival de Berlin 2022
  • Riceboy Sleeps du réalisateur vancouvérois Anthony Shim primé au Festival international du film de Toronto
  • Utama, un film bolivien qui a remporté le Grand Prix du jury international au festival Sundance
  • Maigret, le plus récent film de Patrice Leconte mettant en vedette Gérard Depardieu
La chanteuse capverdienne Cesária Évora.

« Cesária Évora » de Ana Sofia Fonseca

Photo : Image fournie par le Festival international du film de Vancouver

Au programme également : des documentaires portant sur la chanteuse capverdienne Cesária Évora, la chorégraphe Crystal Pite et le peintre américain Edward Hopper.

Une projection spéciale soulignera par ailleurs le centième anniversaire du film Nosferatu tandis que le volet Causerie (VIFF Talks), comme chaque année, permettra aux artisans du milieu du cinéma de partager leur expérience professionnelle avec le public.

Le 41e Festival international du film de Vancouver se tient du 29 septembre au 9 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !