•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme se heurte à un manque de médecins à l’urgence de Fredericton

Berthe Landry et Patrick Landry.

Berthe Landry et Patrick Landry

Photo : Gracieuseté de Patrick Landry

Berthe Landry, 75 ans, a été hospitalisée du 12 au 21 septembre à l’hôpital Dr Everett Chalmers à Fredericton. Elle souffrait d’une bronchite aiguë avec infection. Une fois de retour chez elle, le 21, son état de santé s’est détérioré et, le 24 septembre, elle a de nouveau été transportée à l’hôpital en ambulance.

Sur place, Berthe Landry a attendu deux heures dans la salle d’attente sans voir de médecin. Son mari, Patrick Landry, décrit la situation : Elle avait de la misère à sortir son air et à recevoir son air. On n'a pas amené d’oxygène, on a juste mis un moniteur sur elle. Ses signes vitaux étaient normaux. Par contre, sa souffrance était aiguë du point de vue de la respiration.

Une urgence d'hôpital.

Les services d'urgence ont fonctionné au ralenti les 24 et 25 septembre dernier à l'Hôpital régional Dr Everett Chalmers à cause d'un manque de médecins.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Finalement, on a indiqué que, faute de médecins, il valait mieux aller ailleurs pour obtenir des soins. On est venus, après deux heures d’attente, annoncer à ma femme, secrètement, qu’elle devait aller à Waterville, puisqu’il n’y avait pas de médecins d’urgence, raconte Patrick Landry.

Le couple s’est donc rendu 116 kilomètres plus loin, à l’hôpital du Haut de la Vallée, à Waterville. Sur place, on s’est occupé de Mme Landry. Elle a été gardée à l’urgence pour la nuit, avec l’intraveineuse, les antibiotiques et les traitements qu’il fallait, explique le mari, qui est revenu la chercher le lendemain matin.

Une situation difficile à comprendre

Patrick Landry déplore l’absence de soins à l’hôpital Chalmers et le stress que toute cette situation occasionne à son épouse, dont la santé est déjà fragile.

Elle souffre d'arthrose sévère à la suite de deux leucémies, une qui était à un stade 4, myéloïde aiguë avec 2 % de chances de survie. Depuis ce temps-là, sa santé a été très faible. Son système immunitaire est très faible aussi.

Patrick Landry.

Patrick Landry a tenu à signaler les problèmes liés au manque de médecins à l'hôpital Dr Everett Chalmers le 24 septembre dernier.

Photo : Capture d'écran - entrevue Zoom

En juillet, elle a contracté la COVID-19, ce qui a nui davantage à son état de santé. Elle n'est jamais revenue de ce cas-là, parce que ses poumons sont restés bouchés.

Cet été, les Landry ont quitté Lamèque, dans la Péninsule acadienne, pour se rapprocher de leurs enfants et de leurs petits-enfants à Fredericton. En arrivant à Fredericton, le 1er septembre, on pensait que ça allait peut-être être mieux, qu'on allait avoir une urgence qui était moderne, avec des bons médecins, et tout, pis on trouve que ç'a été le cas : le personnel est formidable, les médecins sont spéciaux. La situation, c'est qu’on n'a pas suffisamment de staff, parce qu’il manque d’argent.

Une pénurie de personnel imprévisible

Selon le réseau de santé Horizon, l’hôpital Dr Everett Chalmer a fait face à une pénurie imprévue de personnel les 24 et 25 septembre, soit durant tout le week-end.

Par courriel, le conseiller principal en communications du réseau de santé Horizon, Kris McDavid, a indiqué que les patients avec des problèmes de santé non urgents peuvent avoir été informés au sujet d'autres options, par exemple l'hôpital du Haut de la Vallée.

Horizon n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Manque de financement en santé

Patrick Landry dénonce la gestion des finances publiques et ce qu’il estime être un sous-investissement en santé. C’est bien beau de se concentrer sur l’argent, sur les budgets et sur les livres pour que ça balance, mais c’est une autre chose de fournir l’aide, l’essentiel et la sécurité primordiale à la population qu’on représente.

Blaine Higgs donne une conférence de presse.

Le premier ministre Blaine Higgs, tout comme le ministre des Finances, Ernie Steeves, a répété plusieurs fois cette année, malgré plusieurs points de vue contraires, que les problèmes du système de soins de santé ne sont pas liés à un sous-financement.

Photo : Radio-Canada

« Premièrement, ça m’insulte, deuxièmement, ça me rend triste, et finalement, je suis énormément déçu du leadership de la province face à tout ça. »

— Une citation de  Patrick Landry, de Fredericton

Il invite Fredericton à travailler de concert avec le gouvernement fédéral pour mieux financer les services de santé afin de pouvoir embaucher suffisamment de professionnels de la santé. Ces fonds-là, normalement, devraient venir d’Ottawa pour aider une pauvre province comme le Nouveau-Brunswick, qui n'a pas beaucoup de population, à soutenir les grandes dépenses qui sont exigées dans les urgences qu’on a aujourd’hui.

Pour Patrick Landry, la situation actuelle est tout simplement inacceptable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !