•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Outaouais, il manque toujours du personnel électoral pour le 3 octobre

Un électeur a exercé son droit de vote par anticipation lundi matin à Québec.

Le bon déroulement du scrutin dépend en partie de la présence de travailleurs électoraux (archives).

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Radio-Canada

À sept jours du scrutin provincial, il manque toujours du personnel pour travailler dans les bureaux de vote en Outaouais.

Le recrutement de la main-d'œuvre est un défi à chaque élection, reconnaît Julie St-Arnaud Drolet, porte-parole d’Élections Québec, mais dans le contexte de la rareté de la main-d'œuvre qu’on connaît actuellement, c’est encore plus difficile.

Une femme en entrevue par visioconférence. Elle est assise à son bureau et sourit.

Julie St-Arnaud Drolet est porte-parole pour Élections Québec (archives).

Photo : Radio-Canada

Si la plupart des circonscriptions québécoises ont eu suffisamment de candidats pour pourvoir tous les postes, ce n’est pas le cas en Outaouais.

Il manque encore du personnel électoral dans quatre circonscriptions sur cinq, soit celles de Chapleau, Hull, Papineau et Pontiac, et les besoins sont particulièrement aigus dans le secteur d'Aylmer, selon la porte-parole d’Élections Québec.

Dans la circonscription de Gatineau, par contre, il y a suffisamment de gens qui ont postulé pour travailler aux élections le 3 octobre, ajoute Mme St-Arnaud Drolet.

Portrait de Judith Ferreira.

Judith Ferreira est la directrice de scrutin de la circonscription de Gatineau pour les élections provinciales du 3 octobre 2022.

Photo : gracieuseté

Judith Ferreira, la directrice de scrutin de la circonscription de Gatineau, est effectivement rassurée.

Élections Québec a fait un très bon travail de recrutement, leur site pour postuler en ligne (Nouvelle fenêtre) est disponible depuis le mois d'avril et 90 % des gens que l'on a recrutés sont passés par ce site, précise-t-elle.

1600 travailleurs requis

Pour faire fonctionner les bureaux de vote le 3 octobre prochain en Outaouais, il faut 1602 personnes réparties dans les 801 bureaux de vote.

Mme St-Arnaud Drolet ne précise pas combien de travailleurs sont manquants, mais elle indique toutefois que les postes à pourvoir sont ceux de scrutateurs et de secrétaires de scrutin.

Deux femmes sont assises à un bureau sur lequel est déposée une urne électorale.

Le jour du scrutin, 1602 travailleurs seront requis dans les bureaux de vote de l'Outaouais (archives).

Photo : Gracieuseté : Élections Québec

Et si Élections Québec ne trouve pas le personnel nécessaire, les électeurs pourraient devoir faire la file plus longtemps.

S’il n’y a pas suffisamment de personnel, il faut regrouper plus d’électeurs dans un même bureau de vote et ça peut générer de l’attente, précise Mme St-Arnaud Drolet.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Recruter les 16-17 ans

Une des nouveautés de ce scrutin, c'est que les jeunes de 16 et 17 ans peuvent travailler dans les bureaux de vote.

Il s’agit d’une façon de les sensibiliser au processus électoral tout en contrecarrant la pénurie de main-d'œuvre.

« Il n’y a pas eu beaucoup de candidatures de jeunes de l’Outaouais. Il y en a davantage ailleurs au Québec, alors on lance un appel à la jeunesse de l’Outaouais pour venir prêter main-forte le 3 octobre prochain. »

— Une citation de  Julie St-Arnaud Drolet, porte-parole d’Élections Québec.

Il s’agit d’un travail rémunéré avec un salaire de base d’un peu moins de 16 $ de l’heure.

La journée de l’élection, c’est une très grosse journée qui peut aller jusqu’à 13 heures de travail. [...] C’est aussi une expérience hors de l'ordinaire, qui rend aussi un bon service à la démocratie, explique la porte-parole d’Élections Québec.

Denis Parizeau, le directeur du scrutin pour la circonscription de Hull, ne perd pas espoir d'avoir un effectif complet le 3 octobre.

On a trois personnes en ce moment au recrutement qui ne font que ça, appeler les gens et leur offrir un poste, explique-t-il.

Avec les informations de Nelly Alberola et de Rémi Authier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !