•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fermeture du stationnement Webster pourrait se prolonger

Des clôtures devant l'entrée du stationnement Webster.

Le stationnement Webster, à Sherbrooke, est fermé depuis vendredi dernier.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Le stationnement Webster, au centre-ville de Sherbrooke, pourrait rester fermé au moins quelques mois en raison de l'hiver qui approche.

Vendredi, la Ville a fermé de façon préventive l'infrastructure d'environ 400 places à la lumière d'un rapport déposé le 12 septembre par une firme d'ingénierie.

Le document a révélé que deux éléments structuraux, un escalier et une rampe d'accès sont jugés potentiellement dangereux.

Selon la directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, Caroline Gravel, d'autres problèmes pourraient s'ajouter à la liste.

Le rapport est quand même très complet. Il y a beaucoup d'éléments structuraux à divers endroits dans le stationnement qui présentent des déficiences majeures. Que ce soient des lampadaires qui risquent d'être sectionnés, des murets de béton, des rampes, des escaliers. [...] Les méthodes de construction de l'époque n'étaient pas les mêmes méthodes qu'aujourd'hui, donc le béton n'a pas la même résistance.

Mme Gravel reconnaît que le stationnement, construit en 1959, est à la fin de sa vie utile.

Des commerçants contrariés

La fermeture de ce stationnement vient réduire les espaces disponibles pour les automobilistes qui se rendent au centre-ville. Les gens de l'extérieur ne pourront pas venir, craint le chef propriétaire du Parizzo et du O Chevreuil, Charles-Emmanuel Pariseau.

« Là, il faut qu'on fasse de quoi, l'hiver arrive bientôt. Il va y avoir de la neige dans les rues, et Noël arrive, et on ne veut pas passer des années de misère comme dans les deux dernières années à cause d'un parking.  »

— Une citation de  Charles-Emmanuel Pariseau, chef propriétaire du Parizzo et du O Chevreuil.

Nous, le samedi, on a eu beaucoup [d'annulations] parce que les gens ils tournent, ils tournent, ils ne savent pas où se stationner. Pour nous, c'est très très difficile, surtout les fins de semaine, explique le propriétaire du Baladi, Jamal Zerouali.

La mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin, reconnaît le problème. Il y a beaucoup de gens qui trouvent que c'est difficile de venir au centre-ville, d'en profiter. Pour moi, ça, c'est la préoccupation première à laquelle on doit répondre.

Une rencontre qui doit avoir lieu lundi matin avec la firme d'ingénierie va permettre de déterminer quelles études supplémentaires sont nécessaires et quels travaux correctifs doivent être réalisés pour la suite des choses. Le coût des travaux doit également être évalué.

« On va attendre ça. On est à l'automne et faire des travaux d'hiver, ce n'est jamais quelque chose de facile. Il faut quand même faire la conception de ces travaux-là. On en a pour quelques mois encore. »

— Une citation de  Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke

Elle précise qu'il n'est pas question de démolir le stationnement pour l'instant.

Avec des informations de Julianne Gagnon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !