•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La population ne veut pas de logements sur la zone ferroviaire, dit la CAC

La zone ferroviaire et une partie de l'autogare du Havre à Chicoutimi.

La zone ferroviaire et une partie de l'autogare du Havre

Photo : Radio-Canada / Julien Gagnon

La Coalition pour l’avenir de Chicoutimi (CAC), qui a mené un sondage auprès de citoyens de l’arrondissement en lien avec le développement de la zone ferroviaire, assure que les résultats reflètent la réalité et démontrent que la population ne veut pas de logements abordables à cet endroit.

C’est ce qu’a affirmé la porte-parole de la coalition, Cathy Fortin, en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Le coup de sonde a été mené par des bénévoles et non par une firme de sondage à proprement dit.

Cathy Fortin affirme néanmoins que l’exercice a été mené avec rigueur, en collaboration avec des spécialistes de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

On a fait notre travail du mieux que l’on pouvait. On ne doit pas mépriser l’initiative qu’on a faite parce qu’elle soulève vraiment des questions et elle nourrit la réflexion par rapport à cette zone-là. Soixante-quinze pour cent des gens qui ont répondu au sondage étaient contre l’idée. C’est un terrain qui a une valeur de 3 à 4 millions de dollars. C’est certain que les gens veulent conserver ce terrain pour la Ville , affirme la porte-parole.

L’échantillonnage était de 822 personnes.

La CAC déplore que la Ville ait fait fi des conclusions de la consultation citoyenne menée en 2019, dans la foulée de l’abandon du projet Amphithéâtre + de l’ancienne mairesse Josée Néron. En campagne électorale, l’actuelle première magistrate, Julie Dufour, a promis l’implantation de 1000 logements abordables sur la zone ferroviaire.

« On est passés de 1000 à 200 logements. On a tassé la consultation citoyenne de 2019. On se pose la question à savoir si c’est vraiment adéquat d’avoir des logements sur ce terrain-là. »

— Une citation de  Cathy Fortin, porte-parole, Coalition pour l'avenir de Chicoutimi

La CAC se dit très à l'affût de ce qu’il adviendra du centre-ville de l’arrondissement.

Il faut absolument avoir un développement qui est plus structuré et plus viable et qui va permettre aux gens de l’arrondissement de pouvoir profiter du terrain de la zone ferroviaire de façon différente. L’ancienne ministre des Affaires municipales a même dit qu’elle ne voulait pas de logements alors ce sera difficile d’avoir des logements abordables dans ce secteur-là , enchaîne-t-elle.

La CAC n’exclut pas la possibilité de faire valoir son point de vue lors de la prochaine assemblée publique du conseil municipal de Saguenay.

On va suivre le dossier de très, très près. Soyez-en assurés , a-t-elle conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !