•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fiona : l’heure est au bilan aux Îles-de-la-Madeleine

Un bateau échoué sur terre.

Le soleil brillait dimanche à Havre-aux-Maisons après le passage de la tempête Fiona (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Les Îles-de-la-Madeleine se relèvent progressivement du passage de la tempête Fiona, qui a laissé dans son sillage de nombreux dommages matériels. Après la constatation des dégâts et la levée de l’état d’urgence, dimanche, l’heure est au bilan lundi.

Si la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a dénombré dimanche un total de 37 évacuations au cours du week-end, différents acteurs poussent un soupir de soulagement alors que la tempête est désormais chose du passé.

Geneviève Guilbault est près de la berge aux Îles-de-la-Madeleine.

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, est arrivée aux Îles-de-la-Madeleine dimanche (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Contrairement à l’Île-du-Prince-Édouard, où l’on déplore le décès d’une femme, Fiona n'a fait aucune victime aux Îles-de-la-Madeleine. Personne n'a été blessé non plus, ce qui réjouit en premier lieu la Sécurité civile.

« Des dommages sont constatés sur l’ensemble de l’archipel, mais on ne constate aucun dommage majeur, ni au réseau routier ni aux infrastructures municipales. Des bâtiments ont été submergés et brisés, mais somme toute, c’est du matériel. »

— Une citation de  Félix Caron, directeur régional par intérim de la Sécurité civile

Quand on met en place des mesures d’urgence, notre priorité numéro un, c’est d’assurer la sécurité des personnes et éventuellement, celle des biens, explique le directeur régional par intérim de la Sécurité civile, Félix Caron.

Parmi les zones les plus touchées par les inondations se trouvent notamment le site historique de La Grave, à Havre-Aubert, le quai de Pointe-Basse ainsi que le secteur de La Martinique.

Des débris jonchent la route et une maison est endommagée dans le secteur de La Martinique, aux Îles-de-la-Madeleine.

Après le passage de Dorian en 2019, la Municipalité a demandé aux propriétaires de chalets de quitter le secteur de La Martinique, mais certains étaient toujours présents (archives).

Photo : Radio-Canada / Karine Bastien

Le maire par intérim des Îles-de-la-Madeleine continuera lundi de sillonner les quelque 200 kilomètres de route qui traversent l’archipel afin de constater les dommages, mais il observe lui aussi que de nombreux bâtiments, des résidences ou des commerces, ont subi les contrecoups de la tempête.

Les infrastructures municipales ont toutefois majoritairement tenu le coup, ce qui est une bonne nouvelle, note Gaétan Richard.

« On parle quand même de quelques dizaines de milliers de dollars [en dommages], à moins qu’on ait d’autres surprises dans les prochains jours. Avec les infiltrations d’eau, ce n’est pas évident à vérifier sur-le-champ. »

— Une citation de  Gaétan Richard, maire par intérim des Îles-de-la-Madeleine

Les travaux qui étaient en cours pour la recharge de la falaise de Cap-aux-Meules allaient bon train lorsque Fiona s’est invitée dans l’est du pays. Résultat : le chantier a subi des dommages qui sont, à vue de nez, évalués entre 150 000 et 200 000 $ par Gaétan Richard.

Gaétan Richard lors d'une séance du conseil.

Gaétan Richard assure l'intérim à la mairie. Il était à l'extérieur du pays jusqu'à dimanche pour des raisons professionnelles, mais a pu constater l'ampleur des dégâts à son retour (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

On parle d’un recul d‘une semaine. On a des agrégats qui sont partis. L’efficacité des travaux n’était pas optimale, explique le maire par intérim.

Quant à la recharge de plage dans le secteur de Havre-Aubert, elle a tenu le coup et a démontré son efficacité, estime Félix Caron. Il y a eu de la submersion. L’eau est passée par-dessus la rive, mais elle n’a rien détruit. On peut dire que cette intervention a été efficace.

Félix Caron.

Félix Caron est directeur régional par intérim de la Sécurité civile pour la Gaspésie et les Îles.

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

Quatre pannes d’électricité étaient toujours d’actualité lundi matin, pour un total de 21 clients encore privés de courant. Hydro-Québec confirme que ses équipes seront à pied d’œuvre lundi afin de rétablir la situation pour ces clients, majoritairement situés dans le secteur du site historique de La Grave, à Havre-Aubert.

À cet endroit, les fils électriques sont enfouis, rappelle la société d’État. Ça va prendre une équipe qui est formée pour intervenir là, indique la conseillère en communications pour Hydro-Québec Ariane Doucet-Michaud.

Des camions d'Hydro-Québec devant le traversier à quai, à Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Hydro-Québec avait déployé des effectifs et des camions supplémentaires aux Îles-de-la-Madeleine en prévision du passage de Fiona. Cette photo a été prise jeudi à la traverse de Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

À titre de comparaison, le nombre de pannes s’est maintenu à entre 30 et 40 au cours de la fin de semaine. On a profité de chaque fenêtre d’opportunité que la tempête nous a permise pour effectuer des travaux et faire des réparations lorsqu’on pouvait le faire en toute sécurité, ajoute Mme Doucet-Michaud.

Les travaux peuvent commencer

Comme mentionné par la ministre Guilbault dimanche, la Sécurité civile régionale confirme qu’un bureau sera rapidement aménagé sur l’archipel afin de venir en aide aux sinistrés par l'entremise du Programme général d’indemnisation et d’aide financière lors de sinistres réels ou imminents.

Certains critères devront être respectés pour y être admissibles, précise-t-on.

Le directeur régional par intérim de la Sécurité civile invite toutefois les sinistrés qui doivent procéder à des réparations urgentes à ne pas attendre le feu vert avant d’aller de l’avant. Ceux-ci doivent toutefois prendre des photos pour justifier les dommages et conserver leurs factures.

Des maisons de bois inondées.

Des bâtiments inondés au site historique de La Grave, à Havre-Aubert. Cette photographie a été prise samedi.

Photo : Gracieuseté de Martin Fournier

Quand ce sera le cas de passer aux réclamations, même s’il y a des travaux qui ont été faits avant le OK officiel, il n’y aura aucun problème, explique-t-il.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, et le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre-Plamondon, seront aux Îles-de-la-Madeleine lundi pour constater l’ampleur des dommages. La venue de M. Legault était déjà prévue avant le passage de Fiona.

Avec les informations d'Isabelle Lévesque

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !